Tabagisme passif et allergie : existe-t-il une relation ?

vendredi 23 octobre 2015 par Dr Cécilia Nocent1425 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Tabagisme passif et allergie : existe-t-il une relation ?

Tabagisme passif et allergie : existe-t-il une relation ?

Tabagisme passif et allergie : existe-t-il une relation ?

vendredi 23 octobre 2015, par Dr Cécilia Nocent

Exposition au tabagisme passif et sensibilisation par dosage IgE chez les enfants : étude en population. : Yao T-C, Chang S-W, Hua M-C, Liao S-L, Tsai M-H, Lai S-H, Tseng Y-L, Yeh K-W, Tsai H-J, Huang J-L, for the PATCH study group.

Tobacco smoke exposure and multiplexed immunoglobulin E sensitization in children : a population-based study.

dans Allergy 2015 ; DOI : 10.1111/all.12775.

- Contexte :

  • Bien qu’il soit évident que l’exposition à la fumée de cigarette soit nuisible à la santé respiratoire des enfants, les effets de l’exposition à la fumée de cigarette sur les réponses immunes IgE médiées sur des allergènes spécifiques restent peu clairs.
  • Cette étude s’est intéressée à la relation entre l’exposition objective à la fumée de tabac et le profil d’IgE spécifiques sur un large spectre d’allergènes dans une population donnée.

- Méthodes :

  • 1315 enfants âgés de 5 à 18 ans bénéficiaient d’un dosage de la cotinine dans le sérum et d’une détection par technique multiplexe (par puce ADN) d’IgE spécifiques pour 40 allergènes.

- Résultats :

  • Les niveaux de cotinine dans le sérum étaient positivement associés avec la sensibilisation à des aliments (AOR : 4.95 ; 95%CI : 1.59-15.34), aux blattes (AOR : 3.77 ; 95%CI : 1.49-9.51) et aux pollens (AOR : 2.84 ; 95%CI : 1.2-6.73) alors que l’association est à la limite de la significativité pour les animaux (AOR : 2.53 ; 95%CI : 0.92-6.93).
  • Aucune association n’a été retrouvée avec la sensibilisation aux acariens, aux moisissures et au latex.
  • En considérant le niveau de sensibilisation aux allergènes, les niveaux de cotinine dans le sérum étaient corrélés aux nombres de sensibilisation aux blattes (p=0.004), aux pollens (p=0.006) et à des aliments (p<0.001) avec une relation dose-réponse statistiquement significative (p<0.01).

- Conclusions :

  • La relation entre l’exposition au tabagisme passif et la sensibilisation IgE aux allergènes de l’environnement varie suivant les différents allergènes chez les enfants.
  • Cette étude montre que des niveaux élevés de cotinine dans le sérum sont significativement associés avec une sensibilisation IgE médiée contre les blattes, les pollens de graminées et certains aliments avec une relation dose dépendante potentielle.

Cette étude publiée dans Allergy s’intéresse à rechercher l’existence d’une relation entre l’exposition au tabagisme passif et la sensibilisation à de nombreux allergènes.

Les auteurs sont issus d’une équipe de Taïwan ; ils ont étudié sur un échantillon de plus de 1300 enfants le niveau de cotinine dans le sérum et le niveau d’IgE pour de nombreux allergènes. Ces résultats étaient obtenus par technique Elisa multiplexe.

Les auteurs ont montré qu’il existait une corrélation entre le niveau de cotinine dans le sérum et la sensibilisation aux blattes, à certains aliments et aux pollens alors qu’aucune relation n’était retrouvée pour les acariens, les moisissures et le latex.

Cependant cette étude est une étude de laboratoire et on aurait aimé avoir des données cliniques pour savoir si ces enfants avaient effectivement des symptômes évocateurs d’allergie. Cette étude montre qu’il existe une relation statistiquement significative mais est-ce cliniquement pertinent ?

De plus les auteurs se sont intéressés au dosage de la cotinine dans le sérum ce qui reflète de l’exposition au tabagisme passif récent. N’aurait-il pas été plus pertinent de s’intéresser au dosage de la cotinine dans les cheveux, ce qui serait un reflet d’une exposition au tabagisme passif sur une période plus longue. Effectivement, à ma connaissance, on ne sait pas qu’elle est la durée nécessaire de l’exposition au tabagisme passif pour avoir une sécrétion d’IgE spécifiques. Peut-on donc se baser sur ces résultats pour affirmer que l’effet délétère de l’exposition au tabagisme passif sur la santé respiratoire des enfants est lié à une sensibilisation allergénique prouvée par une augmentation du taux d’IgE spécifiques.

Cette étude a le mérite de poser des questions pertinentes, de trouver une relation entre tabagisme passif et taux d’IgE dans des tubes de sang mais à mon avis, il faut attendre des études ayant un volet clinique pour extrapoler les données retrouvées dans un tube de sang à des conclusions cliniques.