Dans l’allergie à la noisette, faut-il mieux avoir le Cor à 9 ou à 14 ?

lundi 25 janvier 2016 par Dr Philippe Carré994 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Dans l’allergie à la noisette, faut-il mieux avoir le Cor à 9 ou à 14 (...)

Dans l’allergie à la noisette, faut-il mieux avoir le Cor à 9 ou à 14 ?

Dans l’allergie à la noisette, faut-il mieux avoir le Cor à 9 ou à 14 ?

lundi 25 janvier 2016, par Dr Philippe Carré

Cor a 14 est le meilleur marqueur sérologique pour l’allergie à la noisette chez l’enfant, indépendamment de l’allergie concomitante à l’arachide. : Eller E, Mortz CG, Bindslev-Jensen C.

Cor a 14 is the superior serological marker for hazelnut allergy in children, independent of concomitant peanut allergy.

dans Allergy 2016 ; DOI : 10.1111/all.12820.

- Contexte :

  • La noisette est la cause la plus fréquente d’allergie aux fruits à coques, et jusqu’à la moitié de tous les enfants avec une allergie à la noisette ont en plus une allergie à l’arachide
  • Le but des auteurs était d’identifier les valeurs diagnostiques des marqueurs sérologiques les plus prometteurs (Cor a 9 et Cor a 14) et d’étudier l’influence de l’allergie concomitante à l’arachide et de la sensibilisation à PR10.

- Méthodes :

  • Les auteurs ont inclus 155 enfants suspects d’allergie à la noisette et ayant eu un test de provocation selon les recommandations
  • L’allergie concomitante à l’arachide était vérifiée ou éliminée par un test de provocation
  • Les PT cutanés et les IgEs ont été réalisés, et le diagnostic moléculaire à la noisette, à l’arachide, à PR10 et à la famille des protéines LPT a été fait par ImmunoCap.

- Résultats :

  • 65 enfants avaient un test de provocation positif à la noisette, et 60% d’entre eux avaient une allergie concomitante à l’arachide
  • Les enfants allergiques à la noisette étaient sensibilisés à Cor a 9 et Cor a 14 ; les enfants allergiques à l’arachide à Ara h 2
  • La sensibilisation aux composants protéiques PR10 était mise en évidence chez 45% de tous les enfants inclus, indépendamment de l’allergie à l’arachide ou à la noisette
  • Une valeur seuil d’IgE >0.72 kU/L vis à vis de Cor a 14 faisait correctement le diagnostic dans 87% des cas, faisant de Cor a 14 le meilleur marqueur sérologique
  • Cependant, 9 enfants allergiques à la noisette étaient initialement sensibilisés à Cor a 9.

- Conclusion :

  • L’allergie concomitante à l’arachide est commune chez les enfants allergiques à la noisette, mais les éléments décisionnels ainsi que les valeurs diagnostiques de Cor a 14 ne sont pas affectées
  • Les auteurs ont mis en évidence trois sérotypes indépendants et bien caractérisés : les enfants allergiques à la noisette sensibilisés à Cor a 14, les enfants allergiques à l’arachide sensibilisés à Ara h 2, et les enfants sensibilisés à la protéine Bet v 1 du pollen de bouleau.

Cette étude rétrospective, qui a évalué 155 enfants suspects d’allergie à la noisette ou à l’arachide dont l’allergie a été prouvée par un test de provocation (TP), montre que la 2S albumine Cor a 14 avait une plus grande valeur pour identifier cliniquement l’allergie à la noisette, par comparaison aux PT, au dosage des IgEs et aux autres composants moléculaires de la noisette, indépendamment d’une allergie concomitante à l’arachide et/ou d’une sensibilisation au pollen de bouleau.

Les résultats montrent que :

  • 65 enfants avaient un TP positif à la noisette
  • 60% d’entre eux avaient une allergie concomitante à l’arachide (ce chiffre élevé témoigne probablement d’un biais de recrutement)
  • ceux allergiques à la noisette étaient sensibilisés à Cor a 9 et Cor a 14, ceux à l’arachide à Ara h 2
  • 45% avaient une sensibilisation à PR10, indépendamment de l’allergie à l’arachide ou à la noisette
  • un taux seuil d’IgE > 0.72 kU/L vis à vis de Cor a 14 était en accord avec le diagnostic dans 87% des cas.

La supériorité de Cor a 14 n’élimine pas l’importance de Cor a 9, car 13 des enfants avec un TP positif à la noisette n’avaient pas de taux détectable de Cor a 14, et 9 d’entre eux avaient un taux de Cor a 9 élevé, ce qui en fait un élément discriminatif.

Sur un plan individuel, Cor a 9 et Cor a 14 n’étaient pas corrélés à la sévérité des réactions.

La sensibilisation à PR10 apparaît indépendante de celle à la noisette et à l’arachide, ce qui permet de distinguer trois types sérologiques : enfants allergiques à la noisette sensibilisés à Cor a 14, enfants allergiques à l’arachide sensibilisés à Ara h 2, et enfants sensibilisés à Bet v 1.