La où il y a de la « gène » il y a pas de plaisir et même de l’allergie !!

mercredi 13 avril 2016 par Dr Stéphane Guez904 visites

Accueil du site > Sciences > Immunologie > La où il y a de la « gène » il y a pas de plaisir et même de l’allergie (...)

La où il y a de la « gène » il y a pas de plaisir et même de l’allergie !!

La où il y a de la « gène » il y a pas de plaisir et même de l’allergie !!

mercredi 13 avril 2016, par Dr Stéphane Guez

Association entre la saison de naissance, la méthylation de l’ADN et les maladies allergiques. : Lockett GA, Soto-Ramírez N, Ray MA, Everson TM, Xu C-J, Patil VK, Terry W, Kaushal A, Rezwan FI, Ewart SL, Gehring U, Postma DS, Koppelman GH, Arshad SH., Zhang H, Karmaus W, Holloway JW.

Association of season of birth with DNA methylation and allergic disease.

dans Allergy 2016 ; DOI : 10.1111/all.12882.

- Introduction :

  • La saison de naissance influence le risque allergique ; cependant, les mécanismes biologiques qui sous-tendent cette observation sont mal connus.
  • L’environnement affecte la méthylation de l’ADN, avec potentiellement des effets à long terme sur l’expression des gènes et les maladies.
  • Cette étude examine si la méthylation de l’ADN pourrait être à l’origine de cette association entre saison de naissance et risque allergique.

- Matériel et Méthode :

  • Dans un sous groupe de patients de 18 ans suivis dans une cohorte de naissance de l’Ile de Wight (n = 367), le risque entre saison de naissance et le devenir allergique a été étudié.
  • La méthylation de l’ADN a été étudié par une technique d’épigénétique large sur sang total, et l’association entre saison et les sites CpGs détectée par une technique spécifique.
  • La méthode de validation a examiné la cohorte de 8 ans portant sur la prévention et l’incidence de l’asthme et de l’allergie aux acariens (PIAMA).
  • Les relations entre la méthylation de l’ADN, la saison de naissance et l’allergie ont été évaluées.
  • Les sites CpGs ont été également analysés dans une cohorte de nouveau-nés de 3° génération de l’ile de Wight.

- Résultats :

  • La naissance en automne augmente le risque d’eczéma, par rapport à la naissance au printemps.
  • La méthylation du site 92 GpGs montre une association entre la saison de naissance et l’étude épigénétique.
  • Dans la validation, beaucoup plus de GpGs méthylés sont mis en évidence que par le seul hasard, et 4 sont statistiquement significatifs.
  • La méthylations associée à la saison est dans un réseau lié au développement, au cycle cellulaire et à l’apoptose.
  • 20 sites GpGs sont nominalement associés avec le devenir allergique.
  • 2 GpGs sont de façon marginale sur la voie causale de l’allergie.
  • La méthylation liée à la saison est largement absente chez les nouveau-nés, suggérant que celle-ci à lieu après la naissance.

- Conclusion :

  • Cette étude démonte que la méthylation de l’ADN chez l’adulte est associée à la saison de naissance, supportant l’hypothèse que la méthylation de l’ADN pourrait être le mécanisme qui sous-tend les effets de la saison de naissance sur le développement ultérieur de l’allergie, bien que d’autres mécanismes soient aussi probablement impliqués.

Les auteurs ont étudié les liens entre épigénétique et développement des maladies allergiques liées à la saison de naissance.

Les résultats montrent une association non fortuite entre la méthylation de 92 sites GpCs, avec 4 statistiquement significatifs impliquant une relation entre saison de naissance, allergie et épigénétique.

Il s’agit d’un travail assez ardu mais très intéressant, testant une hypothèse visant à expliquer le lien entre saison de naissance et risque allergique.

De nombreux travaux ont confirmé que le fait de naitre au printemps ou en automne est associé de façon significative à un risque plus grand d’avoir une maladie allergique. Parallèlement, il a été également démontré une modification transcriptionnelle génétique en hiver, avec une augmentation de la CRP et des récepteurs à l’IL6, donc un profil pro-inflammatoire. Cela va dans le sens d’un lien entre environnement et modification génétique, impliquant donc l’épigénétique.

C’est ce qui a conduit cette équipe à tester cette hypothèse.
Les résultats confirment un lien entre la méthylation de nombreux sites en association avec un risque allergique accru, lié à la saison de naissance.

On ne retrouve pas cependant cette association chez les nouveau-nés, il s’agit donc d’un phénomène qui est acquis et implique donc des facteurs d’environnement liés à l’automne et à la saison hivernale.

Les autres hypothèses expliquant l’association entre maladie allergique et saison de naissance sont : une chute de l’exposition aux UV avec un déficit en vitamine D, une modification des allergènes induisant une absence de développement de tolérance vis-à-vis des pollens, l’implication d’infections virales hivernales, une modification de l’alimentation maternelle.

Il s’agir maintenant de savoir parmi ces hypothèses celles qui ont une influence sur l’épigénétique ce qui permettra dans un lointain, peut-être assez proche finalement, de proposer des mesures de prévention efficaces.