Principes anthroposophiques et sensibilisation : relation ou vent ?

lundi 9 mai 2016 par Dr Cécilia Nocent681 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Principes anthroposophiques et sensibilisation : relation ou vent (...)

Principes anthroposophiques et sensibilisation : relation ou vent ?

Principes anthroposophiques et sensibilisation : relation ou vent ?

lundi 9 mai 2016, par Dr Cécilia Nocent

Teneur du lait maternel en acides gras en relation avec la sensibilisation : cohorte de naissance ALADDIN. : Helen Rosenlund1,2,*, Sara Fagerstedt1, Johan Alm1,3 andAxel Mie1
DOI : 10.1111/all.12896

dans Vol. 71 Issue 6
Allergy

- Contexte :

  • Les acides gras (AG) du lait maternel ont été associés aux maladies allergiques de l’enfance.
  • Les enfants de familles vivant selon les principes anthroposophiques ont une prévalence basse de sensibilisation par rapport aux groupes de référence.
  • Cette étude cherche à montrer si la faible prévalence des sensibilisations dans ce groupe peut être expliquée par les différences de composition en AG du lait maternel.

- Méthodes :

  • La cohorte prospective de naissance ALADDIN inclue 330 enfants issus de familles anthroposophiques, partiellement anthroposophiques ou non anthroposophiques recrutés entre 2004 et 2007 en Suède.
  • Au total, 245 échantillons de lait maternel collectés à l’âge de 2 mois ont été analysés, en particulier la teneur en AG.
  • Les IgE spécifiques contre 7 allergènes communs ont été mesurées dans le sang à l’âge de 6, 12 et 24 mois.
  • Les données ont été analysées longitudinalement en utilisant des équations d’évaluation généralisées.

- Résultats :

  • Une association inverse a été observée entre la concentration totale en omega 3 PUFA dans le lait maternel et la sensibilisation des enfants au-delà de 24 mois (quartile élevé versus bas : RRadj : 0.49, 95%CI : 0.23-1.05, p : 0.024).
  • Aucune relation n’a été observée entre omega 6 PUFA ou AG de ruminant et sensibilisation.
  • En général, on observe un risque inférieur de 56% de sensibilisation dans le groupe anthroposophique en comparaison avec le groupe non anthroposophique (RRadj 0.44, 95%CI : 0.21-0.90).
  • Cette association reste largement inchangée quand le taux d’omega 3 PUFA du lait maternel est inclus dans le modèle.

- Conclusion :

  • Les résultats indiquent qu’une concentration élevée en omega 3 PUFA dans le lait maternel pourrait être associée à une réduction du risque de sensibilisation à l’âge de 24 mois.
  • Cependant, cela ne permet pas d’expliquer le faible risque de sensibilisation chez les enfants issus de familles anthroposophiques.

Cette étude suédoise publiée dans Allergy s’intéresse à la composition du lait maternel (en particulier des acides gras) et cherche une relation avec la prévalence de la sensibilisation des enfants à des allergènes communs.

Les auteurs ont réalisé une cohorte de naissance, suivie longitudinalement. Ils ont réalisé des prélèvements de lait à 2 mois de vie et ont fait des dosages d’IgE spécifiques contre des allergènes communs à l’âge de 6, 12 et 24 mois chez les enfants. Les auteurs ont réparti les enfants en 3 groupes en fonction de la philosophie (ou religion) des familles, à savoir s’ils adhèrent aux principes anthroposophiques complètement, partiellement ou pas du tout. Ces principes (qui dans certains pays sont assimilés à des sectes ou à risque de dérive sectaire) s’intéressent à la médecine, à la religion, à l’agriculture. Les enfants sont souvent scolarisés dans des écoles nommées « Steiner », ils ne reçoivent aucun vaccin.

Les auteurs rapportent une franche diminution du risque de sensibilisation chez les enfants élevés selon les principes anthroposophiques par rapport aux groupes témoins ; ils décrivent également une relation opposée entre la teneur en omega 3 dans le lait maternel et le risque de sensibilisation. Cependant, les auteurs reconnaissent qu’il est impossible de faire le lien entre le faible taux de sensibilisation et les principes anthroposophiques.

Il faut se souvenir que les enfants scolarisés dans les écoles Steiner ont été très étudiés car ils représentaient un modèle pour développer la théorie hygiéniste. Effectivement, les enfants n’étant pas vaccinés et vivant plus au contact de la nature et des animaux étaient moins allergiques que les enfants protégés des infections et moins exposés aux endotoxines. Cela a permis d’expliquer la modification de la différenciation Th1 et Th2 des lymphocytes et a permis d’expliquer une partie au moins de l’augmentation de la prévalence des maladies allergiques.

Peut-être que le régime alimentaire des femmes anthroposophiques modifie la teneur en certains acides gras dans le lait et que cela peut (en partie au moins) expliquer les faibles taux de sensibilisation des enfants mais il existe probablement beaucoup d’autres facteurs qui interviennent et l’explication est probablement multifactorielle.