Le tabagisme de la femme enceinte : une attitude criminelle.

samedi 28 décembre 2002 par Dr Alain Thillay3954 visites

Accueil du site > Sciences > Environnement > Le tabagisme de la femme enceinte : une attitude criminelle.

Le tabagisme de la femme enceinte : une attitude criminelle.

Le tabagisme de la femme enceinte : une attitude criminelle.

samedi 28 décembre 2002, par Dr Alain Thillay

L’asthme et l’exposition in utero au tabagisme maternel sont deux circonstances pour développer un déficit de la fonction respiratoire. Mais qu’en est-il de la fonction respiratoire de l’enfant non asthmatique mais exposé in utero, de l’enfant devenant asthmatique tôt dans la vie et de l’enfant à la fois asthmatique précoce et exposé in utéro ?

Effets de la survenue précoce de l’asthme et de l’exposition in utero au tabagisme maternel sur la fonction respiratoire dans l ’enfance. : Gilliland FD, Berhane K, Li YF, Rappaport EB, Peters JM. Preventive Medicine, University of Southern California Keck School of Medicine, Keck School of Medicine, Los Angeles, CA, USA. dans Am J Respir Crit Care Med 2002 Dec 12 ;

L’exposition in utéro au tabagisme maternel et l’asthme sont associés à un déficit chronique respiratoire. Nous émettons l’hypothèse que l’exposition in utéro au tabagisme maternel affecte la fonction respiratoire des enfants non asthmatiques et a des effets synergiques chez les enfants atteints d’un asthme survenu précocement.

Pour enquêter sur les effets de l’exposition tabagique in utéro et l’âge de diagnostic de l’asthme, nous avons collecté les données des antécédents médicaux, de l’exposition à la fumée de tabac et des explorations fonctionnelles respiratoires de 5933 patients de la « Children’s Health Study ».

- Les enfants exposés in utéro non asthmatiques ont une diminution du VEMS/CV, du DEM25-75 et DEM25-75/CV.
- Parmi les enfants non exposés in utéro, il a été retrouvé une diminution importante du VEMS, du DEM25-75 et du VEMS/CV lorsque l’asthme est diagnostiqué tôt dans la vie, comparativement à des enfants dont l’asthme est survenu plus tard.
- Les enfants exposés in utéro et ayant un asthme d’apparition précoce montrent, chez les garçons, un déficit significatif du VEMS (-13,6%) et du DEM25-75 (-29,7%), et, chez les filles, déficit du DEM25-75 de -26,6% et du VEMS/CV de -9,3%.
- Les écarts absolus du DEM25-75 associés à l’exposition in utéro augmentent avec l’âge chez les enfants devenus asthmatiques précocement.

Nous trouvons une petite action des effets de l’exposition à un tabagisme passif seul.

En résumé, les déficits de la fonction respiratoire sont importants parmi les enfants exposés au tabagisme in utero et ayant un asthme apparu de façon précoce.


Nous connaissions le rôle du tabagisme parental sur l’apparition des maladies allergiques et de l’asthme chez les enfants.

Cette étude montre que le tabagisme in utero provoque un déficit de la fonction respiratoire même chez l’enfant non asthmatique. Rappelons qu’il s’agit d’une étude très solide comptant 5933 enfants dont la fonction respiratoire a été explorée et comparée aux antécédents.

Nous ne dirons jamais assez ce que le tabagisme coûte à la santé non seulement à celle du tabagique mais aussi celle de l’enfant et même du fœtus.

Quand verrons-nous l’enfant asthmatique grave attaquer sa mère en justice parce qu’elle a fumé durant sa grossesse ? Bientôt, on peut en être sûr.

Les résultats de cette étude devraient faire la une de tous les journaux.