Allaiter les bébés les rendrait intelligents : une bonne raison de plus pour le faire

mercredi 22 mai 2002 par Dr Isabelle Bossé3017 visites

Accueil du site > Sciences > Hygiène > Allaiter les bébés les rendrait intelligents : une bonne raison de plus pour (...)

Allaiter les bébés les rendrait intelligents : une bonne raison de plus pour le faire

Allaiter les bébés les rendrait intelligents : une bonne raison de plus pour le faire

mercredi 22 mai 2002, par Dr Isabelle Bossé

Cette étude à grande échelle prouve, en tenant compte de facteurs de correction, que plus les bébés ont été allaités longtemps plus ils font des jeunes adultes intelligents.

L’association entre la durée de l’allaitement maternel et l’intelligence de l’adulte. Erik Lykke Mortensen, PhD ; Kim Fleischer Michaelsen, MD, ScD ; Stephanie A. Sanders, PhD ; June Machover Reinisch, PhD dans JAMA Vol. 287 No. 18

De nombreuses études ont suggéré une association positive entre l’allaitement maternel et le développement des fonctions cognitives dans la petite et moyenne enfance. Cependant, la seule étude prospective qui étudie la relation entre l’allaitement maternel et l’intelligence chez les adultes a un certain nombre de défauts méthodologiques.
- L’objectif était de déterminer l’association entre la durée de l’allaitement chez l’enfant et l’intelligence chez l’adulte jeune.
- Une étude de cohorte, prospective longitudinale a été menée sur un échantillon de 973 hommes et femmes, et un échantillon de 2280 hommes, tous nés à Copenhague, Danemark, entre octobre 1959 et décembre 1961. Les échantillons ont été divisés en 5 catégories en fonction de la durée de l’allaitement, documentée par l’interrogatoire des mères par des médecins à l’examen de 1 an.
- Les principaux critères de l’intelligence ont été établis par le WAIS ( Weschler Adult Intelligence Scale) à un âge moyen de 27,2 ans dans l’échantillon mixte et par le BPP (Borge Priens Prove) à l’âge moyen de 18,7 ans dans l’échantillon masculin. Treize éléments pouvant intervenir ont été inclus comme covariables : le statut social et l’éducation des parents, le statut de mère isolée, la taille de la mère, l’âge et la prise de poids durant la grossesse, la consommation tabagique pendant le troisième trimestre, le nombre de grossesses, l’âge gestationnel estimé, la durée de l’accouchement et des index de complications de la grossesse et de l’accouchement.
- Les résultats obtenus ont mis en évidence que la durée de l’allaitement maternel était associée de manière significative à des scores élevés pour le test WAIS. En tenant compte d’un ajustement pour les facteurs cités ci-dessus , les meilleurs résultats du test étaient respectivement de : 99,4 ; 101,7 ; 102,3 ;106 et 104 pour des allaitements de moins de 1 mois , de 2 à 3 mois, de 4 à 6 mois, de 7 à 9 mois et plus de 9 mois. Les meilleurs scores équivalents du test BPP étaient de 38 ; 39,2 ; 39,9 ; et 40,1.
- En conclusion, indépendamment de facteurs extérieurs péjoratifs, il existe une relation positive entre la durée de l’allaitement maternel et l’intelligence, puisque ceci a été observé dans 2 échantillons indépendants d’adultes jeunes et par 2 tests indépendants.


On ne peut que constater, mais il serait intéressant d’évoquer les mécanismes possibles. Mais, de toutes façons, cela ne peut qu’appuyer l’idée de l’allaitement maternel prolongé chez les allergiques, quand il est possible.