Les acariens à la chaise électrique

lundi 17 février 2003 par Dr Alain Thillay6307 visites

Accueil du site > Allergènes > Aériens > Acariens > Les acariens à la chaise électrique

Les acariens à la chaise électrique

Les acariens à la chaise électrique

lundi 17 février 2003, par Dr Alain Thillay

L’éviction des acariens domestiques a sollicité l’inventivité humaine. Aspiration, déshumidification, aération, spray ou poudre anti-acariens, textiles microporeux, ensoleillement, etc.… tous les moyens sont bons. Ici, il s’agit de valider l’efficacité des ioniseurs d’air dans la destruction de l’allergène majeur Der p 1.

Destruction de Der p 1 à l’aide d’un ioniseur expérimental et de ioniseurs disponibles dans le commerce. : Goodman N, Hughes JF. Bioelectrostatics Research Centre, Department of Electronics and Computer Science, University of Southampton, Southampton, UK. goodman_neil@hotmail.com dans Clin Exp Allergy 2002 Nov ;32(11):1613-9

- INTRODUCTION. Afin de réduire le risque de sensibilisation et d’apparition des symptômes allergiques, il est essentiel de réduire le niveau des allergènes de l’habitat. Il a été précédemment démontré que la décharge en couronne, le procédé par lequel les ioniseurs produisent des ions, puisse détruire l’allergène majeur d’acarien Der p 1.

- OBJECTIF. Évaluer l’efficacité d’un ioniseur expérimental et de deux ioniseurs disponibles dans le commerce.

- MÉTHODES.
* Le premier test a été pratiqué dans une chambre mise électriquement à la terre à l’aide d’échantillons de Der p 1 placés dans diverses positions durant 1, 2 et 3 semaines.
* Le second test a été mené in-situ dans un bureau inoccupé, meublé, durant une semaine.
* La concentration en Der p 1 était mesurée par la méthode ELISA.

- RÉSULTATS.
* Tous les ioniseurs dans les deux tests ont provoqué une diminution significative de la concentration de l’allergène (P<0,05), allant à un maximum de 92% à l’aide d’un ioniseur expérimental dans la pièce après 3 semaines.
* Le pourcentage de réduction observé in-situ à l’aide du ioniseur expérimental et du plus puissant des ioniseurs commerciaux était similaire, allant à un maximum de 32% à une distance de 4 mètres du ioniseur expérimental après une exposition d’une semaine.

- CONCLUSION. En revoyant le protocole d’utilisation, les ioniseurs d’air peuvent offrir un moyen simple, efficace, peu onéreux pour réduire les niveaux d’allergènes de l’environnement domestique.


Je ne connais pas par quel mécanisme l’ionisation de l’air agit sur la dénaturation de l’allergène Der p 1 de l’acarien, mais, si effectivement, l’efficacité se confirmait in-vivo, c’est à dire dans plusieurs habitats dans le cadre d’études en double-aveugle contre placebo, il est clair qu’il s’agirait d’une voie intéressante de l’éviction des acariens.

Toutefois, il restera à montrer l’innocuité de l’air ionisé chez l’asthmatique et l’allergique.