Coxib ? Ptet ben que non...

vendredi 2 juillet 2004 par la rédaction

Accueil du site > Sciences > Coxib ? Ptet ben que non...

Coxib ? Ptet ben que non...

Coxib ? Ptet ben que non...

vendredi 2 juillet 2004

Les anti inflammatoire non sétroïdiens se divisent théoriquement entre inhibiteurs de la cyclo-coxygènase de type 1 et de type 2 (Cox-1 et Cox-2).

Les anti Cox-1 sont les plus connus et les plus anciennement utilisés : leurs effets secondaires sont notables et non négligeables. Pour mémoire : ASTHENIE (CERTAIN RARE), HYPERSUDATION (CERTAIN TRES RARE), POIDS(AUGMENTATION), OEDEME (CERTAIN TRES RARE), PROTEINURIE (CERTAIN TRES RARE), INSUFFISANCE RENALE (CERTAIN ), UREE SANGUINE(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE), CREATININEMIE(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE), INSUFFISANCE RENALE AIGUE (CERTAIN TRES RARE), SYNDROME NEPHROTIQUE (CERTAIN TRES RARE), NEPHROPATHIE INTERSTITIELLE AIGUE (CERTAIN TRES RARE), GLOMERULONEPHRITE EXTRAMEMBRANEUSE (CERTAIN ), ERUPTION CUTANEE (CERTAIN TRES RARE), CHOC ANAPHYLACTIQUE (CERTAIN TRES RARE), URTICAIRE (CERTAIN TRES RARE), SYNDROME DE LYELL (CERTAIN ), SYNDROME DE STEVENS-JOHNSON (CERTAIN ), PORPHYRIE CUTANEE (CERTAIN TRES RARE), ANOREXIE (CERTAIN RARE), NAUSEE (CERTAIN RARE), VOMISSEMENT (CERTAIN TRES RARE), DOULEUR EPIGASTRIQUE (CERTAIN FREQUENT), DIARRHEE (CERTAIN RARE), CONSTIPATION (CERTAIN RARE), ULCERE GASTRODUODENAL (CERTAIN TRES RARE), GASTRITE (CERTAIN TRES RARE), HEMORRAGIE DIGESTIVE (CERTAIN TRES RARE), RECTOCOLITE HEMORRAGIQUE(AGGRAVATION) (A CONFIRMER ), PROCTALGIE (CERTAIN TRES RARE), TOXICITE HEPATIQUE (CERTAIN TRES RARE), TRANSAMINASES(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE), PHOSPHATASES ALCALINES(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE), ICTERE (CERTAIN TRES RARE), BILIRUBINEMIE CONJUGUEE(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE), HEPATITE MIXTE (CERTAIN TRES RARE), PANCREATITE AIGUE (A CONFIRMER ), ANEMIE (CERTAIN RARE), ANEMIE HEMOLYTIQUE (CERTAIN TRES RARE), EOSINOPHILIE (CERTAIN TRES RARE), THROMBOPENIE (CERTAIN TRES RARE), TEMPS DE SAIGNEMENT(ALLONGEMENT) (CERTAIN TRES RARE), MALADIE DE PARKINSON(AGGRAVATION) (A CONFIRMER ), CEPHALEE (CERTAIN RARE), VERTIGE (CERTAIN RARE), HYPERTENSION ARTERIELLE (CERTAIN TRES RARE), SOMNOLENCE (CERTAIN TRES RARE), ACOUPHENE (CERTAIN TRES RARE), FLOU VISUEL (CERTAIN TRES RARE), GLANDES SALIVAIRES (TUMEFACTION) (A CONFIRMER ), SYNDROME DE LOEFFLER (CERTAIN TRES RARE), ETAT DE MAL ASTHMATIQUE (A CONFIRMER ), AGRANULOCYTOSE (A CONFIRMER ), APLASIE MEDULLAIRE (A CONFIRMER ), SURDITE (A CONFIRMER ), ANEJACULATION (A CONFIRMER ), KERATOPATHIE (A CONFIRMER ), STENOSE DE L’INTESTIN GRELE (A CONFIRMER ), ALOPECIE (A CONFIRMER ), MENINGITE ASEPTIQUE (A CONFIRMER ), COLITE AIGUE A EOSINOPHILES (A CONFIRMER ), CAUCHEMAR (A CONFIRMER ), TROUBLE COGNITIF (A CONFIRMER ), SYNDROME LUPIQUE (A CONFIRMER ), CYSTITE (A CONFIRMER ), LICHEN PLAN (A CONFIRMER ),PARESTHESIE.

Ce qui ne donne pas forcément envie de les considérer comme anodins et devrait faire réfléchir avant leur usage.

Les inhibiteurs de Cox-2 prétendent avoir un meilleur tolérance en particulier digestive.

L’affasps conclue aujourd’hui après comparaison des études fournies que :
Sur la base de l’ensemble des données disponibles à ce jour, la sécurité d’emploi des coxibs n’est pas remise en cause dans les indications qui ont été approuvées par l’AMM, tout en sachant qu’ils exposent, qualitativement, aux mêmes risques d’effets indésirables que les AINS conventionnels. En conséquence, les recommandations de bon usage des AINS s’appliquent également aux coxibs


Voir en ligne : Le communiqué afssaps coxib

Portfolio