Allaitement maternel et allergie : une étude parlante.

jeudi 12 décembre 2002 par Dr Alain Thillay11865 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Allaitement maternel et allergie : une étude parlante.

Allaitement maternel et allergie : une étude parlante.

Allaitement maternel et allergie : une étude parlante.

jeudi 12 décembre 2002, par Dr Alain Thillay

Dernièrement, nous avons pu lire quelques études qui étaient en faveur du rôle néfaste de l’allaitement maternel quant à la protection des manifestations d’atopie. Cette étude de cohorte suédoise menée chez des nourrissons dès la naissance a l’avantage de porter sur un grand nombre et d’être statistiquement fiable. Alors, allaitement maternel : protecteur ou aggravant ?

Allaitement maternel et maladies allergiques : étude de cohorte de nourrissons dès la naissance. : Kull I, Wickman M, Lilja G, Nordvall SL, Pershagen G. Department of Environmental Health, Stockholm County Council, Stockholm, Sweden. dans Arch Dis Child 2002 Dec ;87(6):478-81

- OBJECTIFS : Vérifier l’effet de l’allaitement maternel sur les maladies allergiques du nourrisson jusqu’à l’âge de 2 ans.

- METHODE :

  • Une cohorte de 4089 nourrissons a été suivie dès la naissance dans une étude prospective à Stockholm, Suède.
  • Les informations concernant les variables d’exposition étaient collectées à partir d’un questionnaire parental alors que les enfants étaient âgés de 2 mois, et celles concernant les symptômes allergiques et l’allaitement à l’âge de un an et de 2 ans.
  • La durée de l’allaitement maternel exclusif ou partiel était estimée séparément.
  • Nous avons utilisé les symptômes en relation avec les définitions des différentes manifestations d’allergie.
  • Le rapport de cotes et les intervalles de confiance étaient évalués à l’aide d’un modèle de régression logistique multiple.

- RESULTATS :

  • Les enfants nourris exclusivement au sein durant 4 mois ou plus souffraient moins d’asthme (7,7% contre 12%), moins de dermatite atopique (24% contre 27%) et de suspicion de rhinite allergique (6,5% contre 9%) jusqu’à l’âge de 2 ans.
  • Il existait un risque significatif de réduction de l’asthme en relation avec un allaitement maternel partiel durant 6 mois ou plus.
  • Trois ou plus des cinq désordres allergiques possibles, asthme, rhinite, eczéma atopique, allergie alimentaire ou symptômes respiratoires allergiques après exposition aux animaux domestiques ou aux pollens, étaient retrouvés chez 6,5% des enfants.
  • L’allaitement maternel exclusif permet de prévenir la survenue de désordres allergiques multiples durant les deux premières années de la vie.

- CONCLUSION  : L’allaitement maternel exclusif montre une capacité à prévenir le développement précoce des manifestations allergiques telles que l’asthme, la dermatite atopique, la rhinite allergique jusqu’à l’âge de 2 ans. L’effet protecteur était aussi évident pour les manifestations multiples de l’allergie.


Cette étude paraît très solide. Il s’agit d’une étude prospective, moins sujette aux interprétations, sur une cohorte importante de 4089 enfants suivis de la naissance jusqu’à l’âge de 2 ans.

Elle montre qu’un allaitement maternel exclusif d’un minimum de 4 mois est suffisant pour être protecteur jusqu’à l’âge de 2 ans, il en est de même pour un allaitement mixte d’une durée minimale de 6 mois.

Les deux enquêtes que j’ai précédemment traduites concernaient, l’une, l’effet protecteur vis à vis de l’asthme, et, l’autre, vis à vis de la dermatite atopique. Mais en fait à la relecture, ces deux études montraient surtout une absence d’effet protecteur à long terme, l’évaluation se pratiquant après l’âge de 3 ans.

On peut alors imaginer un biais. Les femmes qui allaitent ont des motivations diverses et sans doute celle de protéger leur enfant de l’allergie si elles sont elles-mêmes allergiques. Ainsi le groupe des enfants allaités est biaisé car comptant plus d’enfants à risque d’être allergiques. Alors une fois passée la période protectrice de l’allaitement maternel ces enfants sont plus à même de souffrir de manifestations d’allergie.