Les tenants de la théorie hygiéniste : retour au clean dans les chaumières.

vendredi 13 juin 2003 par Dr Isabelle Bossé2027 visites

Accueil du site > Sciences > Hygiène > Les tenants de la théorie hygiéniste : retour au clean dans les (...)

Les tenants de la théorie hygiéniste : retour au clean dans les chaumières.

Les tenants de la théorie hygiéniste : retour au clean dans les chaumières.

vendredi 13 juin 2003, par Dr Isabelle Bossé

Les auteurs ont étudié les effets de mesures très strictes d’éviction allergénique ( à la fois des acariens et de l’alimentation) chez des enfants génétiquement prédisposés sur le développement d’un certain nombre de pathologies allergiques. Ces enfants revus à l’âge de 8 ans, ont été évalués en ce qui concerne l’atopie, le wheezing, la toux nocturne et l’asthme.

Prévention primaire de l’asthme et de l’atopie pendant l’enfance par l’éviction des allergènes dans la petite enfance : une étude contrôlée randomisée. : S H Arshad, B Bateman and S M Matthews The David Hide Asthma and Allergy Research Centre, St Mary’s Hospital, Isle of Wight, UK dans Thorax 2003 ;58:489-493

- Objet : l’augmentation récente de la prévalence de l’asthme et de l’atopie met en évidence la nécessité d’inventer des méthodes efficaces pour la prévention chez les enfants à haut risque atopique.

- Méthode :
* une cohorte de naissance d’enfants génétiquement à risque a été recrutée et randomisée dans une étude contrôlée.
* Les mesures d ’éviction des allergènes ont été instituées dès la naissance dans le groupe « prophylaxie » ( n = 58 ) .
* les enfants étaient par ailleurs nourris au sein, ou avec un régime pauvre en allergènes ou avec des hydrolysats poussés.
* L’exposition aux acariens de la poussière de maison était réduite par l’utilisation d’acaricide et de housses de matelas.
* Le groupe contrôle ( n= 62 ) a suivi des conseils de prévention standard comme ceux donnés aux consultants en bonne santé.
* A l’âge de 8 ans, les 120 enfants ont complété un questionnaire et 110 ( 92 %) ont eu tous les examens complémentaires ( prick tests, spirométrie, et tests de provocation bronchique).

- Résultats :
* dans le groupe prophylactique :
** 8 enfants ( 13.8%) avaient un wheezing régulier comparés aux 17 ( 27.4 %) enfants du groupe témoin (p = 0.08).
** respectivement on retrouve 8 ( 13.8 %) et 20 ( 32.3%) de toux nocturne ( p = 0.02) ;
** 11 sur 55 ( 20 %) et 29 sur 62 (46.8%) étaient atopiques ( p = 0.003).
* Après ajustement des variables,
** le groupe prophylactique avait un risque significativement réduit d’avoir un wheezing régulier ( OR 0.26 ; 95 % IC ; 0.07 à 0.96) ,
** de toux nocturne (OR 0.22 ; 95 % IC ; 0.06 à 0.83),
** d’asthme défini comme des sifflements avec une hyper-réactivité bronchique (OR 0.11 ; 95 % IC ; 0.01 à 1.02) ,
** et d’être atopiques (OR 0.21 ; 95 % IC ; 0.07 à 0.62).

- Conclusion : des mesures d’éviction strictes des allergènes dans la petite enfance chez les enfants à haut risque allergique, réduisent le développement de sensibilisations allergèniques aux acariens de la poussière de maison. Les résultats de ces auteurs suggèrent que cela pourrait même prévenir certains cas d’asthme de l’enfant.


Cette étude va donc à l’encontre de certaines autres parues récemment qui semblaient mettre en évidence l’inefficacité des mesures de prévention allergénique chez les petits enfants, voire même , pour certaines augmenter l’apparition d’asthme chez l ’enfant soumis à des environnements trop « propres ».

Le corollaire allait même jusqu’à préconiser des contacts allergéniques multiples et en grandes quantités pour prévenir l’atopie et ses signes respiratoires ou cutanés chez les enfants.

Il faut toujours être à l’affût des nouveautés, certes, mais, étant moi-même issue d’une école classique d’allergologie et ce il y a quelques années , bien avant la naissance de ces théories visant à expliquer l’inexorable montée des allergies, j’ai toujours eu quelques doutes, non pas sur le sérieux des auteurs, mais simplement fondés sur la logique et le bon sens.

Mais la science ne faisant pas toujours bon « ménage » avec ce bon sens, ne nous hâtons pas de conclure de façon trop radicale.