Rhinite et asthme pro, un profil réactif cellulaire d’enfer !

mercredi 14 mars 2007 par Dr Alain Thillay2219 visites

Accueil du site > Sciences > Immunologie > Rhinite et asthme pro, un profil réactif cellulaire d’enfer !

Rhinite et asthme pro, un profil réactif cellulaire d’enfer !

Rhinite et asthme pro, un profil réactif cellulaire d’enfer !

mercredi 14 mars 2007, par Dr Alain Thillay

Dans la rhinite et l’asthme allergiques, dernièrement, a été fait la démonstration d’une activation à la fois des Th1 et des Th2 avec un déficit d’activation de Treg. Les auteurs de l’équipe de Marseille ont cherché à savoir si ce profil se retrouvait dans la rhinite et l’asthme professionnels.

Activation des cellules T dans la rhinite et l’asthme professionnels. : E. Mamessier, F. Milhe, C. Guillot, J. Birnbaum, P. Dupuy, A.-M. Lorec, D. Vervloet, A. Magnan

1Université de la Méditerranée ; 2Fédération des Maladies Respiratoires ; 3Institut Jean Roche, Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée ; 4Centre d’Investigations Cliniques, INSERM, AP-HM, Hôpital Ste Marguerite ; 5Laboratoire Central, Hôpital Ste-Marguerite, Marseille, France

dans Allergy 62 (2), 162–169.

- Contexte :

  • L’asthme et la rhinite allergiques sont décrits comme liés à une activation Th2.
  • Cependant, les travaux récents indiquent qu’une activation Th1 peut également être associée à ces maladies, simultanément à un défaut d’activation des cellules T régulatrices (Treg).
  • L’asthme professionnel (AP) et la rhinite professionnelle (RP) sont des cas particuliers de ces maladies dans lesquelles le profil d’activation des cellules T est en grande partie inconnu.

- Objectif :

  • Caractériser l’activation des cellules T induites après un test d’inhalation spécifique (TIS) dans l’asthme et la rhinite professionnels.

- Matériel et méthodes :

  • Un total de 21 sujets atteints d’asthme professionnel, de 10 sujets atteints de rhinite professionnelle, de 10 sujets exposés non allergiques (ENA), et de 14 volontaires en bonne santé ont été inclus.
  • Le TIS pratiqué avec la substance incriminée a été effectué chez les patients atteints d’AP et RP et les sujets ENA.
  • Le prélèvement de sang et l’expectoration induite ont été obtenus avant et après le TIS.
  • Les cellules T ont été analysées par cytométrie en flux afin de détecter CD 69, CD 25, IL-13 et d’IFN-gamma.
  • On a évalué l’IL-4 et l’IFN-gamma par la méthode ELISA dans le surnageant de culture de cellules.
  • Les cellules Treg ont été identifiées en tant que cellules T CD4+ CD25+ CD45RO+ CD69- dans le sang périphérique.

- Résultats :

  • La production basale d’IFN-gamma était diminuée dans l’asthme et la rhinite professionnels comparativement aux contrôles.
  • Le test d’inhalation spécifique induit une augmentation des cellules Th1 et Th2 dans le sang et l’expectoration chez les patients atteints d’asthme professionnel.
  • Dans ce groupe, la proportion de cellules périphériques Treg a diminué après TIS.
  • Des résultats semblables ont été trouvés dans la population des CD8+.
  • Les analyses par ELISA étaient concordantes avec celles de la cytométrie en flux.
  • Dans la rhinite professionnelle, un profil d’activation atténué a été trouvé, avec une augmentation de la proportion de cellules T produisant de l’IL-13 après TIS.
  • En revanche, chez des sujets exposés non allergiques, le TIS induit l’activation Th2 avec une augmentation des cellules Treg et une diminution des cellules Th1.

- Conclusion :

  • Nos résultats démontrent un gradient d’activation des cellules T d’un profil de tolérance chez sujets exposés non allergiques à un profil inflammatoire chez ceux atteints d’un asthme professionnel avec l’étape intermédiaire dans la rhinite professionnelle.

De congrès en congrès, de publications en publications, le rôle des cellules T régulatrices CD4+ CD25+ se précise de plus en plus.

Ces cellules sont impliquées dans la tolérance du self et ont un rôle régulateur pour prévenir l’auto-immunité ou les manifestations allergiques.

En outre, du fait de la présence à leur surface de Toll-like Receptors (TLRs), plus précisément TLR4, 5, 7 et 8 (souris), la cellule T régulatrice participe à l’immunité innée, puis lorsque activée, elle impulse l’immunité adaptative via l’activation des cellules dendritiques.

Ainsi, le fameux déséquilibre de la balance Th1/Th2 caractéristique de l’atopie serait plus commandé par un défaut des cellules T régulatrices en rapport avec un déficit de stimulation de par les éléments bactériens, c’est ce qui fait la base de la théorie de l’hygiène.

Les auteurs de cette étude rappellent que dans la rhinite et l’asthme allergiques, il existe aussi une activation Th1, ce qui encore une fois montre que les choses sont plus compliquées que l’on pouvait le penser.

Ils ont voulu dans ce travail vérifier que l’on retrouvait le même profil pour les rhinites et asthmes professionnels.

Sans le dire clairement dans ce résumé, il semble que toutes ces affections respiratoires ont fait la démonstration d’un mécanisme IgE dépendant.

Les résultats mettent en évidence un déficit en INF-gamma chez les malades comparés aux contrôles.

Après test d’inhalation spécifique, on retrouve une augmentation parallèle Th1 et Th2 dans le sang et les expectorations avec une diminution des Treg. A l’inverse chez les sujets sains exposés, après TIS les Th2 et le Treg augmentent et les Th1 diminuent.

Pour finir, il existe un gradient inflammatoire, quasi nul chez les sujets exposés non allergiques, modérément inflammatoire chez les rhinitiques à franchement inflammatoire chez les asthmatiques.

Ce travail confirme que l’allergie IgE dépendante ne se caractérise pas seulement par un déséquilibre fonctionnel Th1/Th2 mais sans doute par un hypofonctionnement des Treg. Les conséquences sont-elles dues à un déficit en IL-10 et le TGF-Bêta sécrétées par le Treg ? Sont-elles dues à un déficit de l’immunité innée par déficit des TLRs.

On le voit, la connaissance des mécanismes intimes de l’allergie IgE médiée nous permet d’entrevoir de nouvelles voies thérapeutiques.