De l’huile de noix du brésil, et les lymphocytes des souris dansent la samba !

lundi 7 mai 2007 par Dr Hervé Couteaux2776 visites

Accueil du site > Sciences > Immunologie > De l’huile de noix du brésil, et les lymphocytes des souris dansent la samba (...)

De l’huile de noix du brésil, et les lymphocytes des souris dansent la samba !

De l’huile de noix du brésil, et les lymphocytes des souris dansent la samba !

lundi 7 mai 2007, par Dr Hervé Couteaux

Les différentes étapes de la réaction allergique impliquent une multitude d’acteurs : il serait extrêmement réducteur de schématiser cette cascade complexe d’événements au couple allergique-allergène. Les sources allergéniques contiennent des tas d’autres éléments : les producteurs de recombinants ne peuvent l’ignorer…

Influence de lipides d’origine végétale sur la réponse immune de souris à l’allergène majeur de la noix du Brésil, Ber e 1. :R. J. Dearman, M. J. C. Alcocer, I. Kimber (2007)

Syngenta Central Toxicology Laboratory, Macclesfield, Cheshire, UK and Division of Nutritional Sciences, School of Biosciences, The University of Nottingham, Loughborough, UK

dans Clinical & Experimental Allergy
Volume 37 Issue 4 Page 582 - April 2007

- Contexte :

  • Les lipides, en particulier les lipopolysaccharides bactériens, peuvent modifier la réponse immune aux protéines sous la forme d’une orientation de la réponse vers le type 2 par de faibles doses.

- Objectifs :

  • Nous avons examiné l’influence des extraits naturels de lipide de plante sur les réponses en anticorps provoquées chez la souris par rBer e 1, l’allergène majeur de la noix du brésil.

- Méthodes :

  • Des souris BALB/c ont été immunisées (par injection intrapéritonéale) avec nBer e 1 ou rBer e 1 produits par Pichia pastoris et mélangés avec diverses fractions de lipides isolés à partir de noix du brésil.
  • Des échantillons de sérum ont été analysés pour les anticorps IgE spécifiques au moyen d’un test cutané de transfert d’anaphylaxie passive homologue et par ELISA pour les IgG.

- Résultats :

  • L’exposition à rBer e 1 seul (sans lipide) n’a pas induit d’anticorps IgG ou IgE décelables.
  • La co-administration de la fraction lipidique totale (avec des niveaux réduits de triglycérides), riches en stérols, ou de fractions de lipides polaires, a eu comme conséquence des effets adjuvants marqués sur les IgG et les IgE.
  • Cependant, le β-sitostérol et les fractions riches en glycolipides ont été associés seulement à de bas niveaux d’anticorps IgG, et ont eu peu d’impact sur la production d’anticorps IgE.
  • nBer e 1 contenant des lipides endogènes a également provoqué des réponses en anticorps IgG et IgE.
  • Des réponses identiques en anticorps IgE et IgG ont été détectées avec nBer e 1 et rBer e 1 comme substrats d’analyse.

- Conclusion :

  • Des lipides endogènes de la noix du brésil sont nécessaires pour l’induction de réponses optimales en anticorps par Ber e 1 chez la souris contrainte BALB/c.
  • Les sites de liaison appropriés aux anticorps sont présents à la fois sur les formes naturelles et recombinantes de Ber e 1, suggérant que l’impact du lipide ait lieu à la phase d’induction, plutôt qu’à la phase de reconnaissance des anticorps, et qu’ils sont probablement nécessaires pour une présentation d’antigène efficace.

Outre des protéines, la noix du Brésil contient plusieurs autres substances dont des lipides qui s’avèrent nécessaires à une réponse optimale en anticorps de la part de souris exposées à Ber e 1.

Ces lipides endogènes paraissent agir lors de la phase initiale de présentation de l’antigène et non lors de la phase de reconnaissance des anticorps.

Le site Allergome recense 2 allergènes identifiés et caractérisés pour Bertholletia excelsa, la noix du Brésil : Ber e 1 (2 S albumine) et Ber e 2 (11 S albumine).

Mais on aurait évidemment tort de résumer les produits allergisants à leur seul contenu en allergène.

Certaines substances sont sinon indispensables du moins importantes dans le déroulement d’une réponse immune de qualité.

De vieux allergologues ont noté avec un léger sourire que certains recombinants étaient plus efficients si on rajoutait des endotoxines comme adjuvant, leur rappelant des souvenirs anciens de mélange « poussière-acariens » aujourd’hui pourtant clairement prohibés …