Bugs Bunny à Séoul….

vendredi 7 décembre 2007 par Dr Christian Debavelaere1713 visites

Accueil du site > Allergènes > Aériens > Animaux > Bugs Bunny à Séoul….

Bugs Bunny à Séoul….

Bugs Bunny à Séoul….

vendredi 7 décembre 2007, par Dr Christian Debavelaere

Quand une équipe Coréenne s’intéresse à un honorable lapin responsable d’allergie…

Asthme et rhinite allergique provoqués par une exposition domestique aux poils de lapin, identification des IgE spécifiques sériques et de ses allergènes. : Choi JH, Kim HM, Park HS.

Department of Pulmonology and Allergy, Bundang Jesaeng General Hospital, Seongnam, Korea.

dans J Korean Med Sci. 2007 Oct ;22(5):820-4.

Bien que les lapins soient des animaux domestiques courants, des réactions allergiques sévères au lapin de l’habitat sont peu fréquentes.

Ory c 1, une glycoprotéine de 17-KDa, présente dans la salive et la fourrure, a déjà été identifiée comme allergène majeur du lapin.

Dans cette publication, nous décrivons les cas de 3 patients souffrants d’une allergie au lapin avec asthme et/ou rhinite, vivant dans un domicile avec des IgE spécifiques positifs ainsi que leurs déterminants allergéniques majeurs.

- 3 patients allergiques au lapin et 18 personnes non atopiques et non exposées et en bonne santé furent recrutés.
- L’étude des IgE sériques spécifiques en Elisa et des IgG4 de l’épithélium de lapin furent réalisées, ainsi qu’un test d’inhibition ELISA, un test en électrophorèse en SDS-page et un test en immunoblot.
- Les 3 patients allergiques au lapin avaient des taux élevés d’IgE sériques spécifiques en comparaison avec les sujets témoins.
- Le résultat du test en inhibition ELISA montre une inhibition significative en présence d’épithélium de lapin, aucune inhibition n’est retrouvée avec des épithélia de chat ou de chien.
- 2 composants capables de se fixer aux IgE furent identifiés en immunoblot, dont les poids moléculaires sont de 16 et 67,5 KDa.

- Conclusion

  • L’exposition au lapin au domicile peut induire un asthme et/ou une rhinite allergique.

Cette brève étude portant sur 3 cas de sujets allergiques au lapin vivant au domicile rappelle que cette allergie est réelle bien que rare, vu la fréquence de cet animal dans les foyers.

L’allergène majeur est présent dans la salive et la fourrure.