Ole e 1, majeur mais variable !

mercredi 6 février 2008 par Dr Alain Thillay1418 visites

Accueil du site > Allergènes > Aériens > Pollens > Ole e 1, majeur mais variable !

Ole e 1, majeur mais variable !

Ole e 1, majeur mais variable !

mercredi 6 février 2008, par Dr Alain Thillay

Ole e 1 est l’allergène majeur du pollen d’olivier. Des travaux antérieurs ont suggéré que cet allergène varie quantitativement et qualitativement en fonction du cultivar d’origine. Ce travail a eu pour but de s’attacher à l’aspect qualitatif d’Ole e 1. Les résultats augurent bien, de façon exemplaire, ce que sera à l’avenir la pratique de l’allergologie.

L’origine du cultivar de l’olivier est une cause majeure du polymorphisme de l’allergène pollinique Ole e 1. : Hamman-Khalifa A, Castro AJ, Jimenez-Lopez JC, Rodriguez-Garcia MI, Alche JD.

dans BMC Plant Biol. 2008 Jan 25 ;8(1):10

- Rappel :

  • Il a été démontré que les pollens des différents cultivars d’olivier (Olea europaea ) diffèrent significativement par leur contenu en Ole e 1 et par l’ensemble de leur allergénicité.
  • Cet allergène est, en outre, caractérisé par un degré élevé de polymorphisme séquentiel.

- Objectif :

  • Le but de cette étude est d’évaluer la présence supposée de divergences des séquences d’Ole e 1 de différents cultivars d’olivier.

- Résultats :

  • L’ARN du pollen individuellement recueilli sur 10 cultivars d’olivier a été utilisé pour amplification des séquences d’Ole e 1 par PCR, et les séquences obtenues ont été analysées à l’aide de différents outils bioinformatiques.
  • De nombreuses substitutions nucléotidiques ont été détectées dans l’ensemble de la séquence dont beaucoup aboutissent à des substitutions d’acides aminés dans les séquences de protéines déduites.
  • Dans la plupart des cas, la variabilité au sein d’une même variété était beaucoup plus faible qu’entre les variétés.
  • Les modifications clé des acides aminés par rapport aux séquences « canoniques » précédemment décrites dans la littérature incluaient :
    • a) la substitution en C19, correspondant à la structure de liaison au pont disulfure de la protéine ;
    • b) la présence d’un motif additionnel de N-glycosylation ; et
    • c) des points de substitution affectant les régions d’Ole e 1 déjà décrites comme pertinentes pour l’immunogénicité / allergénicité de la protéine.

- CONCLUSIONS :

  • L’origine de la variété du pollen d’olivier est un facteur majeur déterminant de la diversité des variants d’Ole e 1.
  • Nous considérons cette information d’une importance capitale pour la conception optimale de formulations allergéniques efficaces et sûres et utile pour le génie génétique des formes modifiées d’allergène.

Ole e 1 est l’allergène majeur du pollen d’olivier. Cet allergène fait partie de la famille des inhibiteurs de la trypsine.

On pourrait se dire, tout est simple, on fabrique un recombinant d’Ole e 1 qui facilitera diagnostic et traitement. Manque de chance, Ole e 1 varie beaucoup en fonction de son cultivar autrement dit en fonction de la variété de l’olivier qui a produit le pollen.

Les auteurs ont donc cherché à démontrer le polymorphisme de cet allergène. Le procédé est bien connu à présent. On récupère l’ARN qui code la protéine d’Ole e 1, on amplifie les séquences intéressantes par PCR puis on les compare en fonction des cultivars d’origine.

Le polymorphisme est ainsi démontré, variabilité au niveau de jonctions des ponts disulfures, on peut deviner toutes modifications de la structure ternaire de la protéine que cela peut entraîner, motif additionnel de N-glycosylation etc… Ce polymorphisme peut à l’évidence avoir des conséquences sur l’allergénicité et/ou l’immunogénicité.

L’allergologie moléculaire ouvre un champ exploratoire insoupçonné.

Ainsi, nous pouvions imaginer un CAP RAST nOle e 1 suffisant pour faire le diagnostic d’une allergie au pollen d’olivier, en fait non, il faudra aller plus loin en ayant à notre disposition des tests avec différents variants d’Ole e 1. Ce n’est peut-être pas pour demain, mais cela donne une idée de ce que sera l’allergologie de demain.