Rhinite allergique : pchit-pchit tout seul ou pchit-pchit avec….

mardi 11 mars 2008 par Dr Alain Thillay1384 visites

Accueil du site > Maladies > Rhinites > Rhinite allergique : pchit-pchit tout seul ou pchit-pchit avec….

Rhinite allergique : pchit-pchit tout seul ou pchit-pchit avec….

Rhinite allergique : pchit-pchit tout seul ou pchit-pchit avec….

mardi 11 mars 2008, par Dr Alain Thillay

Si les corticostéroïdes nasaux sont incontournables dans la traitement de la rhinite allergique, qu’en est-il lorsqu’ils sont associées soit à de la desloratadine ou soit à du montélukast ? Etude en ouvert contrôlée contre placebo d’origine turque. Ces résultats indicatifs interpelleront certainement le clinicien avisé !

Efficacité des corticostéroïdes nasaux en monothérapie ou associés soit à un antihistaminique soit au montélukast dans le traitement de la rhinite allergique. : Pinar E, Eryigit O, Oncel S, Calli C, Yilmaz O, Yuksel H.

ENT Department, Izmir Ataturk Training and Research Hospital, Izmir, Turkey.

dans Auris Nasus Larynx. 2008 Mar ;35(1):61-6.

- Objectif :

  • Les corticostéroïdes topiques sont recommandés comme traitement initial chez les patients atteints de rhinite allergique (RA).
  • Nous avons étudié l’efficacité clinique de la monothérapie avec stéroïde topique et celle de la thérapie combinée chez des patients souffrant de RA.

- Méthodes :

  • Quatre-vingt-quinze patients rhinitiques allergiques sensibles aux pollens de Graminées selon le résultat des tests ont été enrôlés dans cette étude ouverte, contrôlée contre placebo.
  • Les patients ont été répartis au quatre groupes.
    • Le groupe 1 n’a reçu que le mométasone furoate (MF) 200 µg/j intranasal (n = 25),
    • le groupe 2 a reçu MF et la desloratadine (DLR) 5 mg/j per os (n = 25),
    • le groupe 3 a reçu MF et montélukast (MSK) 10mg/j per os (N = 25),
    • le groupe 4 n’a reçu que le placebo (n = 20).
  • L’efficacité a été évaluée sur la base du total des scores de symptômes nasaux, du questionnaire de qualité de vie des rhinoconjonctivites et des évaluations du débit de pointe inspiratoire nasal.

- Résultats :

  • Tous les groupes qui avaient bénéficié d’un traitement ont eu de meilleurs résultats que le groupe placebo.
  • Une amélioration significative du total des scores de symptômes nasaux a d’abord été le cas à la fin de la seconde semaine dans le groupe 2.
  • Le groupe 3 avaient de meilleurs résultats que les autres groupes à la fin du premier mois (p <0,05).
  • La qualité de vie comptait nettement les meilleurs scores dans le groupe 2 et 3 si on les compare à ceux du groupe 1 (p <0,05).

- Conclusion :

  • Bien que les corticostéroïdes soient le pilier du traitement de la rhinite allergique, le montélukast peut être considéré comme un traitement complémentaire surtout dans le traitement des patients atteints d’une altération de la qualité de la vie et il peut être utilisé pour réduire les symptômes nasaux.

Dans cette étude provenant de Turquie, les auteurs avancent que les corticostéroïdes par voie nasale (CSN) représentent le pilier thérapeutique de la rhinite allergique. Ce n’est pas tout à fait vrai.

En effet, selon ARIA, les antihistaminiques per os et locaux sont indiqués en première intention dans les rhinites intermittentes légères, dans les rhinites intermittentes modérées à sévères ainsi que les rhinites persistantes légères, les antihistaminiques per os sont associés ou remplacés par les CSN, enfin, les rhinites persistantes modérées à sévères reçoivent d’emblé les CSN puis sont réévaluées à un mois pour éventuelle association.

A priori ici, on peut considérer qu’il s’agit de rhinite persistante modérée à sévère allergique aux pollens de Graminées.

L’étude a été pratiquée en ouvert, les conclusions sont donc à considérer seulement comme indicatives.

Les résultats montrent que les patients traités vont mieux que ceux du groupe placebo. Il semblerait que les sujets du groupe sous desloratadine vont mieux plus rapidement sur le plan symptomatique dès la fin de la deuxième semaine de cette bithérapie. Mais que ceux du groupe sous montélukast iraient mieux comparativement à tous ceux des autres groupes selon tous les critères à la fin du premier mois.

Pour faire simple, la desloratadine serait plus rapidement efficace mais le montélukast le serait plus tard mais de façon plus importante.

Que dire de cette étude en ouvert pour sortir de la pure spéculation ?

Donc cette étude n’est pas une révolution. Elle nous encourage à traiter les rhinites allergiques comme il se doit, le consensus ARIA-OMS est là pour ça !