Débattons pour se faire BAT !

jeudi 23 décembre 2010 par Dr Hervé Couteaux485 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Débattons pour se faire BAT !

Débattons pour se faire BAT !

Débattons pour se faire BAT !

jeudi 23 décembre 2010, par Dr Hervé Couteaux

Apport du test d’activation des basophiles (BAT) dans la décision de réintroduction du lait de vache chez les enfants allergiques. : 1. A. Rubio1,2,
2. M. Vivinus-Nébot3,4,
3. T. Bourrier5,
4. B. Saggio6,
5. M. Albertini2,5,
6. A. Bernard2,3,4

dans Allergy
Volume 66, Issue 1, pages 92–100, January 2011

- Contexte :

  • Des tests de provocation orale sont nécessaires pour établir la persistance ou la résolution de l’allergie IgE-médiée au lait de vache (APLV).
  • La principale difficulté est de déterminer le moment opportun pour pratiquer ce type de test.
  • L’avantage du test d’activation des basophiles (TAB) pour prédire la réaction d’un enfant au test de provocation par voie orale a été évalué et comparé aux résultats des IgE spécifiques et des tests cutanés (SPT).

- Méthodes :

  • Cent douze enfants « consécutifs » ont été inclus, tous avec APLV et admis pour réévaluer leurs allergies par une provocation par voie orale.
  • L’activation des basophiles induites par des allergènes a été détectée par une up-régulation des CD63 en cytométrie de flux.

- Résultats :

  • Trente-six enfants (32%) avait un test de provocation orale (TPO) positif.
  • Le pourcentage de basophiles activés chez les patients présentant un TPO positif (Moyenne = 20,9 DS = 18,8) était significativement plus élevé que celui des patients avec un TPO négatif (moyenne = 3,9 DS = 9,8 P <0,0001), et était bien corrélé avec la dose déclenchante de lait de vache (P <0,0001).
  • En matière de détection de la persistance de l’APLV chez les patients allergiques, le BAT a un rendement de 90%, une sensibilité de 91%, une spécificité de 90%, et une valeur prédictive positif (VPP) et négative (VPN) respectivement de 81% et de 96%.
  • L’aire sous la courbe ROC était de 0,866.
  • Ces scores ont été plus élevés que ceux obtenus avec les SPT et les tests IgE spécifiques, quel qu’ait été le seuil de positivité choisi.
  • La référence à un algorithme décisionnel combinant BAT, IgE spécifiques et SPT a permis l’identification correcte de 94% des patients dans notre cohorte, tolérants ou allergiques persistants aux protéines de lait de vache.

- Conclusion :

  • Le BAT pourrait être un outil pertinent dans la gestion de l’APLV en pédiatrie en plus des tests IgE spécifiques et des SPT, en contribuant à déterminer si une provocation par voie orale peut être entreprise en toute sécurité.

Le diagnostic de la tolérance au LDV chez des enfants jusque là allergiques au LDV peut être correctement porté dans 94% des cas si l’on tient compte des tests IgE-spécifiques, des tests cutanés et du test d’activation des basophiles.

Nous avions vu dans un précédent article (Lire sur www.allergique.org) que l’allergie au lait de vache IgE-médiée évoluait vers la tolérance plus tardivement que les autres allergies au LDV, surtout en cas d’asthme associé ou de présence d’autres allergies alimentaires.

Savoir si l’on a toutes les chances de pouvoir mener à bien un test de réintroduction est donc de première importance dans cette pathologie malgré tout assez fréquente chez l’enfant.

Les précédentes tentatives de disposer d’un moyen d’appréciation de la survenue d’une tolérance autant que d’affirmer une allergie, principalement basés sur les tests cutanés et les tests IgE-spécifiques s’étaient, jusqu’à présent, révélés assez décevants.

Si les résultats de cette étude venaient à être confirmés par des travaux d’autres équipes, cela pourrait bien évidemment avoir des conséquences pratiques importantes à quelques conditions :

La plus importante est que ce test d’activation des basophiles ne pose pas de problèmes particuliers (interprétation, coût,…) ce qui lui permettrait de passer dans la pratique courante.

L’avenir a décidément beaucoup de choses à nous apprendre…