Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les allergènes du blé !

vendredi 10 février 2012 par Dr Hervé Couteaux575 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les allergènes du blé (...)

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les allergènes du blé !

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les allergènes du blé !

vendredi 10 février 2012, par Dr Hervé Couteaux

Caractérisation moléculaire des allergènes de blé spécifiquement reconnus par les patients souffrant d’une allergie respiratoire induite par le blé. : Sandra Pahr1,2, Claudia Constantin1, Adriano Mari3, Sandra Scheiblhofer4, Josef Thalhammer4, Christof Ebner5, Susanne Vrtala1,2, Irene Mittermann1,2, Rudolf Valenta1,6
DOI : 10.1111/j.1365-2222.2012.03961.x

dans Clinical & Experimental Allergy

- Contexte :

  • Le blé (Triticum aestivum) est une importante source d’allergènes, responsables de diverses manifestations cliniques de l’allergie : allergie alimentaire, allergie au pollen, allergie respiratoire à la farine de l’asthme du boulanger.

- Objectifs :

  • L’objectif de cette étude était la caractérisation moléculaire et immunologique de nouveaux allergènes recombinants du blé et l’évaluation de leur utilité pour le diagnostic de l’allergie au blé.

- Méthodes :

  • Une bibliothèque de cDNA pour Triticum aestivum a été construite et screenée avec des IgE sériques de patients atteints allergiques au blé pour identifier les cDNA codant pour de nouveaux allergènes de blé.
  • Les cDNA codant pour les allergènes ont été exprimés par E. coli et purifiés jusqu’à l’homogénéité.
  • L’IgE réactivité des protéines recombinantes a été analysée par RAST, par dot blot non-dénaturant et par ELISA avec des sérums de patients allergiques au blé ; leur activité allergénique a été évaluée dans des tests de dégranulation des basophiles.

- Résultats :

  • Nous rapportons la caractérisation moléculaire, l’expression recombinante et la purification de cinq allergènes de blé, une thiorédoxine h isoforme, une glutathion transférase, une 1-Cys-peroxiredoxine, une profiline et une déhydrine.
  • Les protéines homologues ont été identifiées par comparaisons de séquences de plantes diverses.
  • La 1-Cys-peroxiredoxine semblait être le plus pertinent des allergènes de blé nouvellement identifiés en fonction de la prévalence de la reconnaissance des IgE et des résultats des tests de dégranulation des basophiles.
  • Elle a montré une IgE réactivité croisée avec les protéines de graines provenant de l’orge, du seigle, du riz, du maïs, du soja, de l’avoine et de l’épeautre, mais la 1-Cys-peroxiredoxine, la glutathion transférase et la déhydrine ont été principalement reconnues par les patients souffrant d’asthme du boulanger, mais pas d’allergie alimentaire induite par le blé.

- Conclusion et pertinence clinique :

  • Les allergènes recombinants caractérisés du blé peuvent être utiles pour le développement de tests sérologiques qui permettraient la discrimination des différentes manifestations cliniques de l’allergie au blé.

Les patients allergiques au blé souffrant d’asthme du boulanger par allergie à la farine ont des IgE qui se lient à la1-Cys-peroxiredoxine, à la glutathion transférase et à la déhydrine, ce qui n’est pas le cas des allergiques alimentaires au blé.

Disposer de tests d’IgE-réactivités pour ces allergènes de blé nouvellement caractérisés permettrait d’améliorer le diagnostic d’allergie au blé.

En effet les différentes expressions cliniques de l’allergie au blé correspondent à des réactivités à des allergènes différents : on connaissait déjà l’IgE-réactivité à l’allergène rTri a 19 et son association à l’anaphylaxie au blé révélée par l’effort, à Phl p 1 et 5 dans la pollinose, à la profiline (essentiellement en allergie alimentaire, mais encore discutée dans la pollinose).

On pourrait disposer, grâce à cette étude, de nouveaux tests d’IgE-réactivités liés à l’asthme du boulanger, notamment vis à vis de la 1-Cys-peroxiredoxine, protéine ayant de multiples homologues dans d’autres plantes alimentaires (orge, seigle, riz, maïs, soja, avoine et épeautre).

Il semblerait de plus qu’il existe une réactivité croisée avec ces autres 1-Cys-peroxiredoxine, ce qui laisse croire que la 1-Cys-peroxiredoxine du blé pourrait être représentative de cette famille de protéine, hypothèse qui reste tout de même à vérifier…Mais qui serait d’une grande utilité diagnostique…

C’est tout le potentiel de l’allergologie moléculaire déjà au niveau diagnostique qui se trouve illustré par cette étude, notamment pour des allergies à des produits aussi complexes que le blé, riche de composants multiples et responsable d’allergie à facettes multiples.