Dans l’allergie à l’arachide, on s’Ara h les cheveux avec tous les types !

vendredi 3 avril 2015 par Dr Philippe Carré629 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Dans l’allergie à l’arachide, on s’Ara h les cheveux avec tous les types (...)

Dans l’allergie à l’arachide, on s’Ara h les cheveux avec tous les types !

Dans l’allergie à l’arachide, on s’Ara h les cheveux avec tous les types !

vendredi 3 avril 2015, par Dr Philippe Carré

Les types de reconnaissance des IgE dans l’allergie à l’arachide sont dépendants de l’âge : perspectives à partir de l’étude EuroPrevall. : Ballmer-Weber BK, Lidholm J, Fernández-Rivas M, Seneviratne S, Hanschmann K-M, Vogel L, Bures P, Fritsche P, Summers C, Knulst AC, Le T-M, Reig I, Papadopoulos NG, Sinaniotis A, Belohlavkova S, Popov T, Kralimarkova T, deBlay F, Purohit A, Clausen M, Jedrzejczak-Czechowcz M, Kowalski ML, Asero R, Dubakiene R, Barreales L, Clare Mills EN, vanRee R, Vieths S.

IgE recognition patterns in peanut allergy are age dependent : perspectives of the EuroPrevall study.

dans Allergy 2015 ; 70 : 391–407.

- Contexte :

  • Les auteurs ont testé l’hypothèse que les types de sensibilisation moléculaire spécifiques sont corrélés aux données ou aux manifestations cliniques, dans une population européenne de sujets allergiques à l’arachide, caractérisés selon un protocole commun.

- Méthodes :

  • 68 sujets allergiques à l’arachide et 82 contrôles tolérants à l’arachide ont été inclus dans 11 pays européens
  • L’allergie à l’arachide et la plus faible dose induisant les symptômes étaient établies par un test de provocation alimentaire en double aveugle contre placebo chez tous les sujets, sauf ceux ayant eu une réaction anaphylactique
  • L’information sur le caractère précoce ou tardif (avant ou après l’âge de 14 ans) du début de l’allergie à l’arachide était obtenu à partir de questionnaires standardisés
  • Les IgE aux allergènes d’arachide rAra h 1-3, 6, 8-9, aux profilines et aux CDD ont été déterminés par méthode ImmunoCAP.

- Résultats :

  • 78% des sujets allergiques à l’arachide étaient sensibilisés à l’extrait d’arachide et 90% à au moins un composant d’arachide
  • rAra h 2 était le seul allergène majeur pour la population allergique
  • Des différences géographiques étaient observées pour rAra h 8 et rAra h 9, qui étaient les allergènes majeurs respectivement en Europe du centre-ouest et du sud
  • La sensibilisation à rAra h 1 & et 2 était observée exclusivement dans l’allergie à début précoce
  • Les sujets tolérants à l’arachide étaient fréquemment sensibilisés à rAra h 8 ou 9, mais pas aux protéines de stockage
  • Une sensibilisation à Ara h 2 ≥ à 1.0 kUa/l conférait une probabilité de 97% de réaction systémique (p=0.0002)
  • L’analyse en régression logistique montrait une influence significative de la sensibilisation à l’extrait d’arachide et de la région de survenue de la réaction systémique (p=0.0185 et p=0.0436 respectivement).

- Conclusion :

  • La sensibilisation à Ara h 1, 2 et 3 est habituellement acquise dans l’enfance
  • Un taux d’IgE à Ara h 2 ≥ à 1.0 kUa/l est associé de façon significative au développement de réactions systémiques à l’arachide.

Cette étude présente une analyse des différents types de sensibilisation moléculaire à l’arachide, par dosage des IgE spécifiques par la méthode ImmunoCAP, chez 150 sujets de différentes régions européens (68 allergiques à l’arachide et 82 tolérants) recrutés dans 2 études successives de la cohorte EuroPrevall, en les comparant à certaines données cliniques. Les patients avaient tous un TP alimentaire contre placebo, sauf ceux avec une réaction anaphylactique sévère.

Les résultats montrent une meilleure sensibilité de l’approche moléculaire par rapport à l’extrait d’arachide, soulignent l’importance des IgE aux protéines de stockage, particulièrement Ara h 2 pour le diagnostic de l’allergie clinique à l’arachide, et indiquent que la sensibilisation la plus commune aux protéines d’arachide, chez les sujets tolérants à l’arachide, est dirigée vers Ara h 8 et 9.

Il apparaît que :

  • la sensibilité totale de la mesure des IgE à l’extrait d’arachide était de 78%, ce qui signifie que près d’un quart des patients allergiques en Europe peut ne pas être diagnostiqué par les tests conventionnels
  • Ara h 2 était l’allergène majeur, avec une probabilité clinique de 97% en prenant un taux d’ Ara h 2 ≥ à 1.0 kUa/l
  • par ailleurs la sensibilisation aux protéines de stockage est associée à un début précoce des manifestations cliniques, et elle est rarement acquise au moment de l’adolescence ou à l’âge adulte.
  • des différences géographiques étaient observées pour rAra h 8 et rAra h 9.

L’allergie à un aliment peut donc varier en fonction des zones géographiques en terme de sensibilisation, ce qui implique que l’utilisation des outils diagnostiques et l’interprétation des résultats biologiques doivent y être adaptées.

Les auteurs concluent sur l’originalité de leurs résultats, leur recrutement étant fait uniquement en fonction de critères cliniques et la procédure d’étude étant harmonisée au niveau européen ; ils insistent par ailleurs sur la démonstration de différences régionales de sensibilisation, de la dépendance de l’âge pour la sensibilisation, et du lien entre les taux d’IgE à Ara h 2 et la sévérité clinique.