Des laits « artificiels » pour prévenir les allergies !

jeudi 29 octobre 2015 par Dr Alain Thillay860 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Des laits « artificiels » pour prévenir les allergies !

Des laits « artificiels » pour prévenir les allergies !

Des laits « artificiels » pour prévenir les allergies !

jeudi 29 octobre 2015, par Dr Alain Thillay

Manifestation allergique 15 ans après l’intervention précoce avec des formules hydrolysées - l’étude GINI. : Andrea v.Berg1,*, Birgit Filipiak-Pittroff1, Holger Schulz2,3, Ute Hoffmann2,4, Elke Link5, Maike Sußmann2, Markus Schnappinger2, Irene Brüske2, Marie Standl2, Ursula Krämer5, Barbara Hoffmann5,6, Joachim Heinrich2,3, Carl-P. Bauer4,7, Sibylle Koletzko8, Dietrich Berdel1 andThe GINIplus study group
DOI : 10.1111/all.12790

dans Vol. 70 Issue 11
Allergy

- Contexte :

  • Les données concernant l’impact à long terme des formules hydrolysées sur les allergies sont rares.

- Objectif :

  • Evaluer l’association entre l’intervention précoce avec des formules hydrolysées chez des enfants à risque élevé et les conséquences allergiques à l’adolescence.

- Méthodes :

  • Des participants à l’essai GINI (N = 2252) ont reçu l’une des quatre formules au cours des quatre premiers mois de la vie comme substitut du lait maternel si nécessaire :
    • préparations partiellement hydrolysées ou préparations extensivement hydrolysées de lactosérum (pHF-W, eHF-W),
    • préparations extensivement hydrolysées de caséine (eHF-C)
    • ou la formule de lait de vache standard (CMF) comme référence.
  • Les associations entre ces formules et l’incidence cumulative et la prévalence des notions rapportées par les parents de diagnostics confirmés par un médecin, d’asthme, de rhinite allergique (RA) et d’eczéma ainsi que les résultats des spirométries et de sensibilisations, ont été examinés à l’aide de modèles statistiques linéaires généralisés.

- Résultats :

  • Entre 11 et 15 ans, la prévalence de l’asthme a été réduite dans le groupe eHF-C par rapport à CMF (OR de 0,49 ; intervalle de confiance à 95% (IC) 0,26 à 0,89), ce qui est cohérent avec les résultats spirométriques.
  • L’incidence cumulée des RA était plus faible dans le groupe eHF-C (risque relatif (RR) de 0,77 ; IC 95% 0,59 à 0,99) et la prévalence de la RA était aussi plus faible dans le groupe pHF-W (OR 0,67 ; IC 95% 0,47 à 0,95) et le groupe eHF-C (OR 0,59, IC 95% 0,41 à 0,84).
  • L’incidence cumulée de l’eczéma a été réduite dans le groupe pHF-W (RR 0,75, IC à 95% 0,59-0,96) et dans le groupe eHF-C (RR 0,60, IC 95% 0,46 au 0,77), de même que la prévalence de l’eczéma entre 11 et 15 ans dans le groupe eHF-C (OR 0,42, IC 95% de 0,23 à 0,79).
  • Aucun effet significatif n’a été observé dans le groupe eHF-W, il en est de même pour la sensibilisation.

- Conclusion :

  • Chez les enfants à haut risque allergique, l’intervention précoce en utilisant différentes formules hydrolysées a des effets préventifs variables sur l’asthme, la rhinite allergique et l’eczéma jusqu’à l’adolescence.

Les préparations hydrolysées de protéines de lait de vache en tant que substitut des préparations lactées adaptées classiques ont été indiquées d’abord chez les nourrissons présentant une allergie aux protéines de lait de vache. Depuis, l’indication s’est trouvée élargie à la prévention primaire des manifestations allergiques chez les enfants à haut risque atopique.

Les recommandations internationales pour cette prévention primaire englobent en outre l’alimentation avec des hydrolysats de protéines de lait de vache durant les quatre premiers mois de vie.

Les études concernant ce sujet n’allaient pas au-delà de l’âge de 3 ans.

D’où l’intérêt de la présente étude GINI (German Infant Nutritional Intervention) pour laquelle le suivi s’est prolongé jusqu’à l’âge de 15 ans.

Pour l’étude, 2252 nourrissons ont été inclus selon les critères suivants : antécédents monoparentaux ou biparentaux d’atopie entre 1995 et 1998.

Ils ont été randomisés à la naissance, en double aveugle, pour recevoir l’une des quatre préparations, hydrolysat partiel de lactosérum, hydrolysat poussé de lactosérum, hydrolysat poussé de caséine et formule lactée classique durant les 4 premiers mois de la vie en substitution complète ou partielle de l’allaitement maternel.

Pour la prévention primaire de la dermatite atopique, il a été constaté un effet préventif cohérent et significatif avec l’hydrolysat étendu de caséine et avec l’hydrolysat partiel du lactosérum à l’âge de 6 ans.

L’hydrolysat poussé de lactosérum n’a un effet préventif significatif qu’à partir de l’âge de 6 ans.

On constate donc que le seul degré d’hydrolyse ne suffit pas à expliquer la diminution de l’allergénicité des protéines, le processus d’hydrolyse pourrait jouer un rôle dans l’immunomodulation.

Pour la prévention primaire de l’asthme seul l’hydrolysat poussé de caséine montre des résultats significatifs sur la diminution de prévalence en accord avec les résultats des EFR.

L’incidence cumulée de la RA est significativement moindre dans le groupe hydrolysat extensif de caséine, alors qu’en considérant la prévalence de la RA un effet protecteur significatif est retrouvé dans les groupes hydrolysat étendu de caséine et hydrolysat partiel de lactosérum.

Cette étude suggère donc un effet variable de ces différentes préparations lactées spéciales.

Tout cela demande donc confirmation avant de généraliser leur recours en prévention primaire des manifestations de l’atopie.

En tous cas, la lecture dans le Vidal des différentes fiches concernant ces préparations ne permet pas de retrouver l’indication dans la prévention primaire pour aucun des produits disponibles.