Piqûre de guêpe ou d’abeille : plus ça fait mal, moins c’est grave !!

jeudi 17 mars 2016 par Dr Stéphane Guez1684 visites

Accueil du site > Allergènes > Venins > Piqûre de guêpe ou d’abeille : plus ça fait mal, moins c’est grave (...)

Piqûre de guêpe ou d’abeille : plus ça fait mal, moins c’est grave !!

Piqûre de guêpe ou d’abeille : plus ça fait mal, moins c’est grave !!

jeudi 17 mars 2016, par Dr Stéphane Guez

Risque d’anaphylaxie chez des patients ayant une réaction locale étendue lors d’une piqure d’hyménoptère ; une étude prospective et rétrospective. : Stefano Pucci,
Affiliated with
Allergy Unit, General Hospital
Simona D’Alò, Tiziana De

dans Clinical and Molecular Allergy201513:21
DOI : 10.1186/s12948-015-0030-z

- Introduction :

  • Dans quelques études publiées, le risque de développer une réaction systémique aux piqûres d’hyménoptères après une précédente piqûre avec réaction locale étendue est de 0 à 7%.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été d’évaluer de façon rétrospective et prospective le risque de ces réactions locales étendues (RLE) après piqûres.

- Matériel et Méthode :

  • Un nombre total de 477 patients,
    • 396 avec une réaction systémique (RS) lors de la première manifestation d’allergie
    • et 81 ayant seulement des antécédents de RLE après piqûre d’hyménoptère
  • ont été inclus dans l’étude.
  • Tous les patients ont eu un interrogatoire sur les antécédents et des tests allergologiques (tests cutanés et/ou IgEs) permettant de porter le diagnostic d’allergie au venin d’une seule sorte d’hyménoptère.
  • Parmi les 81 patients avec RLE, 53 ont été suivis pendant 3 ans par une visite annuelle, alors que 396 patients avec RS ont été étudiés rétrospectivement.

- Résultats :

  • Parmi les 396 patients avec RS, seulement 17 (4.2%) ont eu des antécédents de RLE comme première manifestation de l’allergie, après des antécédents de réactions locales normales lors de piqûre.
  • Tous les 81 patients ayant des antécédents seulement de RLE ont eu précédemment au moins 2 épisodes de RLE, avec un nombre total de piqure de 238 et aucune RS.
  • Parmi les 53 patients qui ont été évalués de façon prospective, il a été trouvé que 31 d’entre eux (58.3%) ont été repiqués par le même hyménoptère, avec un nombre totale de 59 piqûres, et entrainant seulement des RLE et aucune RS.

- Conclusions :

  • Ce travail confirme que les patients ayant des RLE répétées aux piqûres d’hyménoptères n’ont pas de risque de RS, alors qu’une simple réaction locale n’exclut pas un tel risque.
  • Ceci doit être pris en compte lors de la prise en charge des patients avec RLE étendue.

Dans ce travail clinique les auteurs ont étudié le risque allergique des réactions locales étendues lors de piqûre d’hyménoptères.

Même après plusieurs réactions du même ordre, il n’y a pas d’évolution vers une allergie plus sévère avec manifestations systémiques contrairement aux réactions locales habituelles.

Ce travail est très intéressant et va bien aider les allergologues confrontés à la prise en charge des allergies aux hyménoptères.

Si une réaction systémique après piqûre ne pose pas de problème avec le plus souvent indication d’une désensibilisation, la conduite à tenir est toujours très discutée pour les réactions locales étendues : faut-il attendre une réaction systémique pour proposer une immunothérapie ou fait-il la proposer d’emblée ?

Ce travail apporte une réponse claire : il n’y a pas d’évolution vers une réaction systémique, même si le patient lors de nouvelles piqûres présente toujours une réaction locale étendue.

On pourrait penser qu’il s’agit d’une réponse individuelle non spécifique liée probablement à une grande réactivité mastocytaire. Cependant, il est curieux de constater que les patients ayant de réactions locales normales peuvent évoluer eux vers le développement d‘une réaction systémique.

Y a t’il un effet protecteur de cette forte réaction locale ? Traduit-elle une auto-désensibilisation ?