Allergiques aux abeilles : être désensibilisé, oui, mais à quelle « sauce » ?

mardi 10 décembre 2002 par Dr Stéphane Guez13572 visites

Accueil du site > Allergènes > Venins > Allergiques aux abeilles : être désensibilisé, oui, mais à quelle « sauce » (...)

Allergiques aux abeilles : être désensibilisé, oui, mais à quelle « sauce » ?

Allergiques aux abeilles : être désensibilisé, oui, mais à quelle « sauce » ?

mardi 10 décembre 2002, par Dr Stéphane Guez

La désensibilisation aux hyménoptères est un traitement bien validé, et c’est le seul traitement curatif de cette allergie. Cependant beaucoup de protocoles, différents selon les équipes, sont proposés aux patients. Y a-t-il un protocole dont on puisse affirmer qu’il est sans risque pour le patient et peu contraignant ?

Désensibilisation au venin d’hyménoptère par rush. Un protocole pratique et bien toléré pour les patients à haut risque. : Gunter Sturm, MD Birger Kränke, MD Christina Rudolph, MD Werner Aberer, MD Graz, Austria dans JACI December 2002, part 1 • Volume 110 • Number 6

La désensibilisation au venin d’hyménoptères (VH) chez les patients allergiques est un traitement bien codifié et validé dans la prise en charge des patients ayant présenté une réaction allergique anaphylactique après piqûre. De nombreux protocoles existent, allant du rush conventionnel à l’ultra-rush avec des protocoles continus ou discontinus.

- Objectifs : Ce travail rapporte le bilan d’une expérience de 8 ans d’une prise en charge de patients à haut risque par une équipe appliquant son protocole de rush, et qui à comparé les données sur les effets indésirables et la commodité de cette technique avec les résultats de 26 études publiées entre 1978 et 2001.

- Méthodes :
* 101 patients ayant une allergie à l’abeille, à la guêpe vespula et au frelon ont été inclus, le diagnostic et la sélection des patients ayant été réalisés selon les recommandations de l’Académie Européenne d’Allergie et d’Immunologie Clinique.
* Le protocole se faisait sur 4 jours, et l’incidence des réactions systémiques et la nature de ces réactions étaient bien documentées.
* 52 patients ont été traités pour l’abeille, et 49 pour la guêpe vespula.

- Résultats :
* 100 (99%) patients ont atteint la dose d’entretien.
* Il a été observé 8 réactions générales lors d’injection (0.47% de toutes les injections) chez 7 (6,9%) des patients.
* Le nombres des réactions systémiques était plus élevé chez les patients traités pour allergie à l’abeille (12%) en comparaison avec les patients recevant du venin de guêpe.
* Il n’y avait pas de différence, concernant ces accidents systémiques, entre femmes et hommes.
* L’incidence de ces réactions est beaucoup plus faible que l’incidence rapporté dans les études publiées : 17,8%.

- Conclusion :
* Avec ce rush sur 4 jours appliqué pendant 8 ans sur une population à haut risque après allergie sévère aux VH, l’incidence des accidents systémiques pendant le traitement est faible malgré le nombre élevé de patients allergiques à l’abeille qui sont plus à risque de faire des incidents au cours de la désensibilisation.
* Le recours à l’épinéphrine n’a jamais été nécessaire, et ce protocole à prouvé sa bonne tolérance et sa facilité d’application à la fois pour les patients et pour les médecins.


Dans cette étude de 101 patients, dont la moitié allergique aux abeilles, les auteurs rapportent leur expérience de désensibilisation au venin d’hyménoptère avec un protocole de rush sur 4 jours. L’incidence des réactions systémiques est très faible, 6,9% par rapport au chiffre de 17,8% rapporté dans la littérature.

Le débat est toujours ouvert concernant les modalités d’atteinte de la dose d’entretien permettant par sa dose cumulée de guérir le patient.

Le problème est d’évaluer le bon rapport entre risque de réactions systémiques et contraintes d’hospitalisation pour le patient.

Cette étude a fait le choix d’un protocole sur 4 jours avec un taux très faible de réactions générales. Il nous semble qu’un protocole de ce type, dont il existe des variantes sur 2 jours et demi par exemple, apporte au prix d’une contrainte faible, une sécurité importante pour le patient.

L’absence de réaction lors de la désensibilisation permet de dédramatiser la situation chez des patients qui ont souvent vécu une expérience très traumatisante sur le plan psychique lors de leur accident allergique initial.

Durant cette courte hospitalisation un grand nombre d’informations peut être données par un personnel qualifié, qui va en particulier insister sur la nécessité d’un traitement d’entretien mensuel pendant plusieurs années.

Décidément toute la médecine repose sur une bonne appréciation du rapport bénéfice/risque ou bénéfice/contrainte.

Vos commentaires

  • Le 4 juin 2016 à 19:21, par Baumlin Glbert En réponse à : Allergiques aux abeilles : être désensibilisé, oui, mais à quelle « sauce » ?

    Bonsoir .Peut on faire de l’apiculture si l’on est allergique ,ou faut il complètement abandoner l’idée ..
    Cordialement !

  • Le 9 novembre 2017 à 18:53, par Philip En réponse à : Allergiques aux abeilles : être désensibilisé, oui, mais à quelle « sauce » ?

    En réponse à Baumlin Glbert,
    Apiculture ou pas pour une personne allergique ?
    Si par allergie aux abeilles tu entends non pas haute sensibilité, mais choc anaphylactique, alors clairement mon conseil sera : NON.
    Après une première année de travail sur mes ruches, quelques visites sur des ruchers ami et seulement 2 piqures, j’ai subi ma première attaque en règle chez moi à la campagne. Une dizaine de piqures suite a un mouvement brusque qui a entrebaillé la protection que j’avais sur la tête (sans compter celles sur la combinaison) dont la majorité au niveau du visage/tête/cou. J’étais seul, dans un endroit sans téléphone fixe et mon portable est tombé près des ruches dans la précipitation.
    Heureusement, bien que sensible, je ne suis pas allergique.
    Mais à moins d’avoir en permanence sur soi une seringue d’épinéphrine (dans une poche zippé mais néanmoins accessible) et d’aimer le danger et les sensation fortes, je ne te conseillerai pas l’apiculture.
    Du moins pas avant désensibilisation (si cela est possible, car il s’agit, avec la consultation de cette page, de ma première recherche internet sur le sujet).
    En attendant il te reste toujours le miel a déguster qui avouons le est un des plus beau trésors que la nature a à nous offrir.
    Cordialement
    Philip