Un grain de pollen dans les rouages ? oui mon adjuvant !

vendredi 16 septembre 2005 par Dr Hervé Couteaux1602 visites

Accueil du site > Allergènes > Aériens > Pollens > Un grain de pollen dans les rouages ? oui mon adjuvant !

Un grain de pollen dans les rouages ? oui mon adjuvant !

Un grain de pollen dans les rouages ? oui mon adjuvant !

vendredi 16 septembre 2005, par Dr Hervé Couteaux

De la poussière aux protéases, où est l’allergène ? Ceci nous rappelle que la réalité rapportée est fonction de l’observateur d’où l’importance de varier les points d’observations pour cerner au mieux la dite réalité. Dans cette étude, les pollens ne sont plus regardés comme des allergènes mais comme des adjuvants éventuels.

Activité adjuvante des grains de pollens. : Z. Allakhverdi1, S. Bouguermouh2, M. Rubio2, G. Delespesse1

1Laboratory on Allergy, CHUM Research Center, Notre-Dame Hospital, Montreal, Quebec, Canada ; 2Laboratory on Immunoregulation, CHUM Research Center, Notre-Dame Hospital, Montreal, Quebec, Canada

dans Allergy 60 (9), 1157-1164

- Contexte :

  • L’induction d’une réponse immune à une protéine soluble inerte nécessite un adjuvant.
  • Nous avons regardé ici si des grains de pollens intacts manifestaient un tel effet adjuvant, expliquant l’activité immunogénique des protéines de pollens allergéniques qui sont dépourvues de propriété intrinsèque pro-inflammatoire/adjuvante.

- Méthodes :

  • Des monocytes humains dérivés de cellules dendritiques (DCs) ont été mis en culture pendant 48 heures avec des grains de pollens intacts de Poaceae ou d’Ambroisie.
  • L’état de maturation des DCs a été analysé par FACS et leur production de cytokines par ELISA.
  • L’activité d’activation des cellules T des DCs a été examinée en co-cultures avec des cellules naïves du cordon dérivées de cellules T CD 4 +.

- Résultats :

  • Le contact avec des grains de pollens a induit un programme de maturation distinct chez les cellules CDs immatures.
  • Le pollen a stimulé l’expression de CD 54, CD 80, CD83, CD 86, HLA-DR, CCR7 et CD 40 sur les DCs.
  • De plus, l’expression de CCR5 a été stimulée par le pollen mais inhibée par LPS.
  • En contraste total avec les DCs stimulés par LPS, les DCs exposées au pollen n’ont pas produit de cytokines [Interleukine (IL)-10, IL-12, Tumor necrosis factor (TNF)-α] mais ont gardé la possibilité d’un haut niveau de sécrétion de ces cytokines sous stimulation par le ligand soluble CD40 ou par l’interféron-γ.
  • les DCs activées par le pollen ont fortement stimulé la prolifération des cellules T naïves CD4+ et favorisé leur développement en cellules effectrices produisant à la fois de hauts niveaux d’IL-5 et d’IL-13 et des niveaux modérés d’IF- γ et d’IL-4.

- Conclusion :

  • Des grains de pollens intacts induisent, in vitro, l’activation et la maturation de DCs.
  • Des mécanismes similaires peuvent être en jeu in vivo, suggérant que le grain de pollen n’est pas seulement un transporteur d’allergène et qu’il agit également en tant qu’adjuvant dans la phase d’induction de la réponse immune allergique.

Cette étude nous précise que les grains de pollens sont capables d’induire l’activation et la maturation de cellules participant à la réponse allergique.

Il s’agit d’un résultat in vitro, mais rien n’interdit évidemment de penser que des phénomènes proches ou même identiques puissent se passer in vivo.

Le grain de pollen n’est pas qu’un allergène : c’est une structure végétale complexe contenant de multiples protéines allergéniques différentes et tout un ensemble d’autres constituants pouvant intervenir dans la réaction immune à de multiples niveaux, encore peu décrits.

On connaît quelques activités enzymatiques susceptibles d’avoir des effets directs ou indirects sur la réponse immune en plus d’être des allergènes (comme les protéases qui peuvent perturber la perméabilité épithéliale) mais on connaît moins bien les effets des pollens (ou autres « allergènes ») sur la régulation des phénomènes cellulaires de la réaction immune.

A ce sujet, on relira avec profit le compte rendu de certaines communications du congrès EAACI d’Amsterdam 2004 qu’avait rédigé Philippe Auriol et qui faisait le point sur les rapports des cellules dendritiques avec la réaction immune.