Pariétaires de tous les épis...

jeudi 16 novembre 2006 par Dr Hervé Couteaux3219 visites

Accueil du site > Allergènes > Aériens > Pollens > Pariétaires de tous les épis...

Pariétaires de tous les épis...

Pariétaires de tous les épis...

jeudi 16 novembre 2006, par Dr Hervé Couteaux

La compréhension des réactivités croisées progresse chaque jour grâce aux données de l’allergologie moléculaire. Les auteurs de cette étude se sont penchés sur les deux principales espèces de Pariétaire (Parietaria judaïca et Parietaria officinalis) fléau allergologique méditerranéen : croisent-elles ou non ?

Étude des réactivités croisées entre espèces de pariétaires basée sur les allergènes rPar j 1 et rPar j 2. : Bonura, Angela ; Artale, Anna ; Marino, Mauro ; Amoroso, Saverio ; Marcucci, Francesco ; Geraci, Domenico ; Colombo, Paolo

dans Allergy and Asthma Proceedings, Volume 27, Number 5, September-October 2006, pp. 378-382(5)

- Contexte :

  • Dans tous les pays méditerranéens, le pollen de pariétaire est une des sources allergéniques extérieures la plus importante, avec un grand nombre de sujets présentant des Prick-tests positifs à la fois au pollen de Parietaria judaïca et au pollen de Parietaria officinalis.

- Objectif :

  • Une réactivité croisée entre les deux espèces a déjà été rapportée même si peu de données sont connues au niveau moléculaire.
  • L’objectif est d’étudier cette réactivité croisée entre P.judaïca et P.officinalis.

- Méthode :

  • 25 patients consécutifs allergiques aux pollens de pariétaires ont été sélectionnés sur la base de leur histoire clinique.
  • Des Prick-tests à P.judaïca et à P.officinalis ont été réalisés.
  • Des tests quantitatifs pour les IgE vis-à-vis des deux sources allergéniques ont été effectués.
  • Des tests d’inhibition Elisa ont été menés vis-à-vis de rPar j 1 et rPar j 2.

- Résultats :

  • Tous les patients ont eu des tests cutanés positifs pour les deux espèces de pariétaires.
  • les tests quantitatifs IgE ont montré des concentrations d’anticorps similaire pour les extraits de P.judaïca et de P.officinalis.
  • les tests d’inhibition Elisa ont démontré que la réactivité croisée entre les deux espèces était due à la présence des allergènes Par j 1 et Par j 2 dans les extraits avec un contenu en épitopes IgE hautement conservé.

- Conclusion :

  • Nous concluons que les pollens de P.judaïca et P.officinalis contiennent des allergènes majeurs spécifiques de l’espèce hautement croisants, utiles pour le diagnostic et le traitement vis-à-vis de ces deux sources allergéniques.

La réactivité croisée, étudiée au travers des allergènes Par j 1 et Par j 2, est complète entre P.judaïca et P.officinalis.

Effectivement, les auteurs ne retrouvent aucune différence pour aucun test.

Les tests d’inhibition, même si le libellé des résultats n’est pas parfaitement explicite, semblent être concluants dans les deux sens.

Une explication simple serait que P.judaïca et P.officinalis ne forment qu’une seule et même espèce.

C’est l’avis de Gabriel ALZIAR, botaniste de renom, spécialiste de la zone méditerranéenne, qui pense que les différences de phénotype seraient liées à l’endroit où elles poussent (vieilles murailles pour judaïca et décombres pour officinalis).

Il ne s’agit toutefois que d’une hypothèse, n’ayant pas, à ma connaissance, reçu confirmation à ce jour.

La prévalence de la pollinose à la Pariétaire :
- 50-80% Italie du Sud et côte Ligurienne
- 10-40% Italie du Nord
- 10-60% Espagne méditerranéenne
- 25% France

En dehors de P.judaïca et P.officinalis, plusieurs espèces se rencontrent en zone méditerranéenne : P.lusitanica (côtes tyrrhéniennes et îles), P.mauritanica (Nord-Ouest Sicile) et P.soleiroli (endémique en Sardaigne).

La pollinose se caractérise par :
- une fréquence particulière de l’asthme (65% par rapport aux 40% des autres pollinoses)
- une fréquence particulière des monosensibilisations
- la durée importante de la période symptomatique (pratiquement perannuelle dans les régions du Sud).

Les réactivités croisées avec d’autres plantes ont été démontrées pour :
- Mercuriale
- Olivier
- Frêne
- Ricin
- Soude brûlée
- Armoise

Il y a également des réactivités croisées avec certains aliments :
- Basilic
- Melon
- Cerise
- Petits pois

Enfin, les allergènes identifiés :
- Par j 1 et Par j 2 : LTP
- Par j 3 : Profiline
- Par j CBP : Polcalcine
- Par o 1 : LTP
- Par m 1 : LTP

La plupart de ces données sont issues d’un exposé du Dr R.Ariano, Hopital St Charles, Bordighera.