En images
Et si les petites voies aériennes n’étaient que du vent ???

Et si les petites voies aériennes n’étaient que du vent ???


Effets de la dysfonction des petites voies aériennes dans l’expression de l’asthme : focus sur les symptômes d’asthme et l’hyper-réactivité bronchique : van der Wiel E, Postma DS, van der Molen T, Schiphof-Godart L, ten Hacken NHT, van den Berge M. (...)

lire la suite

Rubrique asthme

L’allergie déclenche une inflammation locale. Lorsqu’elle a lieu dans les bronches cela est responsable d’asthme. Beaucoup de personnes asthmatiques confondent crise d’asthme et maladie asthmatique. La crise d’asthme est un réflexe de défense des bronches devant une souffrance brutale : il y a une gêne respiratoire intense, des sifflements. Il est rare de ne pas s’en rendre compte. Inversement, la maladie asthmatique est une inflammation chronique des petites bronches et, si celle-ci est progressive, vous pouvez détruire un grand pourcentage de vos voies aériennes en vous habituant progressivement à cette obstruction bronchique. Aujourd’hui, seule la pléthysmographie permet de visualiser cette maladie. L’asthme touche de plus en plus de personnes dans le monde et de plus en plus jeunes. Prise en charge tôt, il est parfaitement soignable.

Derniers articles asthme

0 | ... | 66 | 72 | 78 | 84 | 90 | 96 | 102 | 108 | 114 | ... | 654
article du 25 04 2013 par Dr Cécilia Nocent

Le tabagisme actif comme facteur de gravité de l’asthme sévère ???

Cette étude épidémiologique britannique parue dans le JACI s’intéresse à l’influence du tabagisme actif sur les caractéristiques cliniques et sur les marqueurs de l’inflammation chez des asthmatiques sévères. Les auteurs ont étudié les caractéristiques démographiques, les caractéristiques cliniques et les marqueurs de l’inflammation chez des patients présentant un asthme sévère (et connus comme tels dans un (...)
lire la suite 708 lectures

article du 22 04 2013 par Dr Philippe Carré

Peut-on couper le sifflet de nos tout-petits avec un bon coup de corticoïdes oraux ?

Les 2 études post-hoc de cohortes AIMS et MIST, concernant des enfants d’âge préscolaire présentant des sifflements intermittents avec plus de 1500 MVRI, suggèrent que les corticoïdes oraux ne réduisent pas la sévérité des symptômes au cours des épisodes aigus de MVRI. De plus, les sous-groupes d’enfants qui auraient pu bénéficier le plus d’une réponse aux corticoïdes, tels que ceux ayant des facteurs de (...)
lire la suite 531 lectures

article du 10 04 2013 par Dr Céline Palussière

Grand gros gras bébé, toussera-t-il, ou pas ?

Qu’est-ce qui va faire qu’un enfant va devenir asthmatique ou présenter des pathologies de type atopique ? De très nombreux travaux se sont penchés sur la question, et cet article analyse le lien potentiel entre la croissance staturo-pondérale des premiers mois et années de vie avec le développement d’un phénotype atopique. L’influence du poids est bien établie depuis une dizaine d’années environ, par (...)
lire la suite 681 lectures

article du 3 04 2013 par Dr Cécilia Nocent

Dis moi quelle est ta profession et je te prédirai ou non un asthme…

Cette étude épidémiologique britannique s’intéresse à l’éventuelle relation entre le développement d’un asthme à l’âge adulte et les expositions professionnelles. Les auteurs se sont intéressés à une cohorte née en 1958 en Angleterre. Les sujets étaient étudiés à l’âge de 42 ans soit en 2000. Le but était de rechercher chez les sujets qui avaient développé un asthme à l’âge adulte s’il existait une exposition (...)
lire la suite 677 lectures

article du 28 03 2013 par Dr Philippe Carré

Qui tousse la nuit petit sera allergique plus grand ? Et si PARIS m’était conté…

La détection précoce des enfants à risque de développer de l’asthme allergique est un vrai challenge ; parmi les troubles respiratoires qui peuvent affecter les enfants, la toux est un symptôme fréquent ; c’est un symptôme non spécifique qui peut correspondre à plusieurs étiologies, dont l’asthme, surtout quand cette toux est nocturne et sèche ; elle a cependant été peu étudiée dans les enquêtes (...)
lire la suite 1131 lectures

article du 25 03 2013 par Dr Philippe Carré

Les macrolides au long cours à toutes les sauces : le tour de l’asthme ?

Plusieurs phénotypes d’asthme sévère ont été individualisés, avec notamment des différences dans les comptes d’éosinophiles et de neutrophiles dans les expectorations ; le phénotype non éosinophilique répond moins aux traitements anti-inflammatoires ; de plus, on a montré que l’asthme sévère était un facteur de risque d’infection des voies aériennes inférieures (IVAI), incluant les pneumonies. Les macrolides (...)
lire la suite 1754 lectures

0 | ... | 66 | 72 | 78 | 84 | 90 | 96 | 102 | 108 | 114 | ... | 654