En images
Et si les petites voies aériennes n’étaient que du vent ???

Et si les petites voies aériennes n’étaient que du vent ???


Effets de la dysfonction des petites voies aériennes dans l’expression de l’asthme : focus sur les symptômes d’asthme et l’hyper-réactivité bronchique : van der Wiel E, Postma DS, van der Molen T, Schiphof-Godart L, ten Hacken NHT, van den Berge M. (...)

lire la suite

Rubrique asthme

L’allergie déclenche une inflammation locale. Lorsqu’elle a lieu dans les bronches cela est responsable d’asthme. Beaucoup de personnes asthmatiques confondent crise d’asthme et maladie asthmatique. La crise d’asthme est un réflexe de défense des bronches devant une souffrance brutale : il y a une gêne respiratoire intense, des sifflements. Il est rare de ne pas s’en rendre compte. Inversement, la maladie asthmatique est une inflammation chronique des petites bronches et, si celle-ci est progressive, vous pouvez détruire un grand pourcentage de vos voies aériennes en vous habituant progressivement à cette obstruction bronchique. Aujourd’hui, seule la pléthysmographie permet de visualiser cette maladie. L’asthme touche de plus en plus de personnes dans le monde et de plus en plus jeunes. Prise en charge tôt, il est parfaitement soignable.

Derniers articles asthme

0 | ... | 42 | 48 | 54 | 60 | 66 | 72 | 78 | 84 | 90 | ... | 654
article du 16 12 2013 par Dr Philippe Carré

Quand ça chauffe dans les bronches, c’est bon pour les asthmatiques.

Il existe chez les asthmatiques une augmentation de la masse du muscle lisse bronchique, dont on a montré qu’elle était corrélée à la sévérité de la maladie ; les traitements qui empêchent ou réduisent la facilité à se contracter du muscle lisse peuvent réduire l’hyperréactivité bronchique ainsi que la fréquence et la sévérité des symptômes d’asthme. La thermoplastie bronchique (TB) est un des traitements qui (...)
lire la suite 1171 lectures

article du 10 12 2013 par Dr Philippe Carré

Il s’en passe des choses sous la muqueuse des asthmatiques…et ça n’est pas sans dommage.

Les auteurs montrent à partir de l’analyse de biopsies bronchiques, chez des asthmatiques naïfs de toute corticothérapie, que le nombre élevé d’éosinophiles dans la sous-muqueuse bronchique est associé à un plus grand degré de dommage épithélial, et qu’il existe une augmentation du nombre des éosinophiles et des lymphocytes T dans les cellules musculaires lisses de la sous-muqueuse, comparativement à des (...)
lire la suite 652 lectures

article du 6 12 2013 par Dr Céline Palussière

Petit éternueur deviendra grand asthmatique.

Le lien entre la rhinite allergique et les comorbidités de type asthmatique et alimentaires sont bien connues désormais. Cette étude se penche plus précisément sur la rhinite allergique aux pollens chez les enfants : sa sévérité, la durée d’évolution, le profil de sensibilisation allergique et les comorbidités. L’étude a été menée sur plus de 1300 enfants italiens, de 10 ans d’âge en moyenne, et analyse (...)
lire la suite 1315 lectures

article du 22 11 2013 par Dr Philippe Carré

Le staphylocoque est doré à point chez les asthmatiques.

Cette étude épidémiologique multicentrique européenne de population à grande échelle est la première à démontrer que : la sensibilisation à S. aureus est assez fréquente chez l’adulte (environ 30%) et homogène dans les différents centres européensqu’elle existe de façon indépendante par rapport à la sensibilisation aux autres aéroallergènes habituelsqu’elle est associée à un taux élevé d’IgE totales et à (...)
lire la suite 878 lectures

article du 20 11 2013 par Dr Philippe Carré

Les asthmatiques n’ont pas l’air…mais ça peut être utile de le recueillir !

Au cours de ces dernières années, de nombreuses études ont cherché à montrer l’intérêt de l’analyse des constituants de l’air exhalé comme outil de caractérisation de la pathologie des voies aériennes ; l’air exhalé contient en effet un grand nombre de composés organiques volatiles (COV) agressifs sur les voies aériennes. Les méthodes d’analyse des COV incluent des techniques d’analyse chimique et des (...)
lire la suite 523 lectures

article du 7 11 2013 par Dr Cécilia Nocent

Asthme de l’enfant et réversibilité aux broncho-dilatateurs : est-ce pertinent ?

Cette étude s’intéresse à la valeur limite retenue pour conclure qu’il existe une réponse aux broncho-dilatateurs chez les enfants. Habituellement, on considère qu’il existe une réversibilité si la valeur du VEMS augmente de 12% par rapport au niveau de base après inhalation d’un broncho-dilatateur. Cette valeur de 12% est admise autant chez les adultes que chez les enfants et justement les auteurs se (...)
lire la suite 472 lectures

0 | ... | 42 | 48 | 54 | 60 | 66 | 72 | 78 | 84 | 90 | ... | 654