En images
Corticoïdes inhalés et croissance : faut pas pousser !

Corticoïdes inhalés et croissance : faut pas pousser !


L’influence des corticoïdes inhalés sur la croissance pubertaire et la taille finale chez les enfants asthmatiques. : Chiara De Leonibus1,*, Marina Attanasi1, Zane Roze2, Benedetta Martin1, Maria Loredana Marcovecchio1,3, Sabrina Di Pillo1, (...)

lire la suite

Rubrique traitements

Pour traiter une allergie, on dispose de traitements des symptômes : antihistaminiques, antiasthmatiques (traitement de fond et de crise), dermocorticoïdes, inhibiteurs de calcineurine, immunomodulateurs (omalizumab et autres anticorps) etc.. Mais le seul traitement de la cause est la désensibilisation spécifique ou immunothérapie spécifique. Elle vise à rétablir une tolérance perdue : en sublinguale, en comprimé, en lyophylisat en injectable ou bientôt en patch. D’autres façons d’améliorer la vie des allergiques existent aussi ou sont en cours de développement.

Derniers articles traitements

0 | 6 | 12 | 18 | 24 | 30 | 36 | 42 | 48 | ... | 330
article du 24 11 2015 par Dr Philippe Carré

Est-ce que ça vaut le coup de contrôler l’asthme pour contrôler les coûts ?

Dans cette étude incluant 517 sujets avec un asthme principalement léger à modéré, les auteurs ont évalué la « charge évitable » liée à un asthme non contrôlé, définie comme l’économie gagnée dans les coûts médicaux directs en obtenant le contrôle des symptômes de la maladie. Après ajustement, il n’y avait pas de différence significative dans les coûts directs entre l’asthme partiellement contrôlé et l’asthme (...)
lire la suite 332 lectures

article du 4 11 2015 par Dr Philippe Carré

Autohaler ou aérosol-doseur avec chambre d’inhalation pour les corticoïdes inhalés chez les enfants asthmatiques ? Faites vos jeux ! Tout va bien !

Cette étude ouverte randomisée et contrôlée, réalisée dans deux groupes de 25 enfants avec un asthme persistant modéré à sévère, montre que l’utilisation des CI soit avec un système autohaler, soit avec un aérosol-doseur avec chambre d’inhalation, sur une période de 3 mois, résulte dans des changements identiques du % de VEMS à la fin de l’étude. Les limites de l’étude tiennent à son caractère ouvert, aux (...)
lire la suite 530 lectures

article du 28 10 2015 par Dr Stéphane Guez

Efficacité rémanente du comprimé sublingual 5 pollens de graminées durant les 2 années qui suivent un traitement de 3 ans.

Les auteurs ont étudié la prolongation ou non de l’effet bénéfique observé durant les 3 années de traitement par le comprimé sublingual 5 pollens. Les auteurs confirment une efficacité prolongée avec l’absence d’effets indésirables pendant les 2 ans de suivi, uniquement dans le groupe actif et pas dans le groupe placebo. Cette étude est importante car la question est de savoir si le traitement par (...)
lire la suite 1054 lectures

article du 22 10 2015 par Dr Philippe Carré

Les corticoïdes inhalés chez l’enfant sont-ils dangereux ? Faites une knémométrie !

Cette étude très technique est une revue de la littérature (par PubMed, MEDLINE et la Cochrane Library) qui visait à faire le point sur la pharmacocinétique et l’activité systémique, basées sur des mesures de la fonction adrénergique hypothalamo-pituitaire et de la croissance à court terme, des corticoïdes inhalés (CI) à particules extra-fines chez les enfants asthmatiques. L’étude de la croissance était (...)
lire la suite 277 lectures

article du 25 06 2015 par Dr Cécilia Nocent

Et si l’Omalizumab modifiait l’histoire naturelle de l’asthme ???

Ce papier publié en Juin 2015 dans « Current Opinion in Allergy and Clinical Immunology » s’intéresse à l’apport de l’Omalizumab dans le traitement de l’asthme non contrôlé chez des enfants et surtout à ce que cela peut induire dans l’histoire de la maladie. L’Omalizumab est un anticorps monoclonal anti-IgE utilisé depuis plusieurs années chez l’adulte et l’enfant de plus de 6 ans dans le cadre d’asthme (...)
lire la suite 1478 lectures

article du 2 04 2015 par Dr Alain Thillay

ITASL : une bonne présentation gage d’une bonne communication !

L’immunothérapie allergénique sublinguale et le syndrome allergique oral s’effectuent évidemment dans la cadre de l’immunité muqueuse. D’ailleurs, le fait que l’on puisse désensibiliser ou déclencher une réaction allergique par l’intermédiaire de la même muqueuse interpelle. C’est ce qui me semble important dans cette étude franco-suédoise. Il s’agissait ici de caractériser les cellules immunitaires (...)
lire la suite 450 lectures

0 | 6 | 12 | 18 | 24 | 30 | 36 | 42 | 48 | ... | 330