En images
Un extrait d’œuf hydrolysé sans danger et efficace : le plus difficile est d’hydrolyser la poule !!

Un extrait d’œuf hydrolysé sans danger et efficace : le plus difficile est d’hydrolyser la poule !!


Immunothérapie orale avec extraits d’œuf hydrolysé à faible allergénicité chez des enfants allergiques à l’œuf. : Stavroula Giavi1,†, Yvonne M. Vissers2,†, Antonella Muraro3, Roger Lauener4,5, Anastasios P. Konstantinopoulos1, Annick Mercenier2, Antoine (...)

lire la suite

Rubrique alimentaires

L’allergie alimentaire est passée en 20 ans du stade d’inexistante ou de fantasme pour certains médecins au statut de dure réalité frappant jusqu’à 25% des enfants à deux ans. Cette constatation n’est pas seulement due au fait que l’on sait de mieux en mieux la retrouver : les congrès mettent en évidence le rôle primordial de notre mode de vie et de son retentissement sur notre microbiote et sur l’épigénétique. Arachide, lait de vache, noix, soja, farine de blé, poisson, fruits et bien d’autres aliments quotidiens sont des sources allergèniques potentielles. Des symptômes cutanés aux maladies respiratoires, l’allergie alimentaire peut se manifester de multiples façons.

Derniers articles alimentaires

0 | ... | 12 | 18 | 24 | 30 | 36 | 42 | 48 | 54 | 60 | ... | 486
article du 13 11 2014 par Dr Céline Palussière

Elle est où, la coquille du kiwi ??

L’allergie alimentaire au kiwi est souvent associée à une allergie au latex, par réactivité croisée entre les chitinases de ces deux produits allergéniques (Hev b 6). Il existe aussi fréquemment des allergies au kiwi isolées, surtout par le biais de l’actinidine (Act d 1). Cet article explore la possibilité de réactivité croisée entre les graines de kiwi et les fruits à coque, par le biais de protéines (...)
lire la suite 368 lectures

article du 31 10 2014 par Dr Stéphane Guez

Saigner un enfant allergique permet d’éviter de lui donner à manger.

En étudiant les taux d’IgEs vis-à-vis des composés allergéniques de l’arachide et de la noisette, les auteurs ont déterminé les valeurs seuils permettant de prédire la positivité d’un TPO. Des seuils de 14.4 pour Ara h 2 et 47.8 pour Cor a 14 permettent d’éviter de faire un TPO qui sera positif dans 90% des cas. Cette étude vient confirmer l’intérêt de l’étude des sensibilisations aux composants (...)
lire la suite 274 lectures

article du 23 10 2014 par Dr Céline Palussière

Allergie à la noisette : un bon bilan pour éviter la casse.

L’allergologie moléculaire permet au clinicien de mieux comprendre les profils de réactivité de ses patients, ce qui s’avère fort utile dans les allergies aux fruits à coque. Les réactions cliniques sont en effet extrêmement variables d’un sujet à l’autre, et les tests cutanés n’apportent pas toujours d’éclairage franc sur la pertinence des sensibilisations. On sait que les protéines de stockage sont (...)
lire la suite 2712 lectures

article du 22 10 2014 par Dr Stéphane Guez

Allergie aux poissons : l’allergologue se doit d’être aussi un bon poissonnier !!

Chez des patients allergiques aux poissons, les auteurs ont étudié la réalité d’une allergie à toutes les espèces, et la valeur du taux des IgE spécifiques pour savoir si le patient est réellement allergique à l’espèce impliquée. La valeur des IgEs n’est pas discriminante et ne remplace pas un TPO. L’allergie croisée est fréquente. Les patients de cette étude ont un important terrain atopique pour 55% (...)
lire la suite 1424 lectures

article du 15 10 2014 par Dr Stéphane Guez

Prévenir l’allergie à l’arachide des enfants : retirer les peluches et les faire caresser des paquets de cacahuètes !!

Dans ce travail, les auteurs démontrent qu’une exposition préalable de souris à de l’arachide, soit au niveau cutané, soit par voie respiratoire, stimule les Th2 et peut favoriser une sensibilisation digestive ultérieure. Mais également avoir un effet protecteur en stimulant initialement la productiond’IgG1. Ce travail est très intéressant car on a un modèle très réaliste qui semble reproduire les (...)
lire la suite 609 lectures

article du 8 10 2014 par Dr Céline Palussière

Sucre et viande, degré de cuisson... De quoi faire une nouvelle recette !

L’allergie à la viande rouge est rare, et on connaît bien maintenant le support immunologique de ces réactions : les résidus glucidiques α-Gal. Ces épitopes carbohydrates sont IgE réactifs, et contrairement à leurs homologues végétaux, ils peuvent être responsables de réactions cliniques, parfois sévères. Les réactions sont le plus souvent retardées, jusqu’à 6 heures après la consommation de viande, les (...)
lire la suite 2054 lectures

0 | ... | 12 | 18 | 24 | 30 | 36 | 42 | 48 | 54 | 60 | ... | 486